Sign in
Download Opera News App

 

 

Johnny Patcheko évoque un cas d'empoissonnement à Abidjan


Après des années d'exil en Hexagone, Koukougnon Christ Yvon alias Johnny Patcheko est désormais fréquemment en séjour en terre ivoirienne. Par le biais des réseaux sociaux et d'Internet qui permettent une interaction avec le monde, il ne se prive pas de nous raconter ses aventures dont il dit vouloir participer à l'éveil des consciences, lui qui se qualifie comme combattant de la cause juste.


Ce samedi 17 Avril 2021 dans un direct matinal sur sa page facebook, Johnny Patcheko a dénoncé les conditions sanitaires écœurantes qui subsistent dans les hôpitaux ivoiriens. Des hôpitaux dont il dit être à la solde du numéraire plutôt que des malades. Il a rappelé le décès de du mannequin Awa Fadiga par défaut de premiers soins et que c'est en dénonçant ce drame qu'il s'est fait connaître pour la première fois dans une vidéo, sur la toile.


Mais le cas de Awa Fadiga est similaire à beaucoup d'autres parfois sans écho. Johnny fait le témoignage d'une histoire qu'il a récemment vécue, il y a quelques jours, en Côte d'Ivoire. Il s'agit du frère de l'une de ses amie. Sorti avec des copains pour aller faire le show, il s'est fait empoisonner par ces derniers qui ont subtilement glissé une substance toxique dans son verre.


Quand l'homme empoisonné est arrivé à l'hôpital dans un état mourrant, le personnel soignant ne s'est pas activé à s'en occuper. Sa sœur a appelé Johnny au secours, qui s'est emmené au centre de santé, en prenant entièrement les soins à sa charge. Dans un ballet entre la pharmacie et l'hôpital, Johnny et la sœur du malade se sont impliqués énergiquement pour sauver une vie qui s'en allait. Heureusement qu'ils en sont arrivés à bout. L'homme a été sauvé, de justesse. Mais Johnny rend le témoignage qu'il n'a pas vu de passion, ni d'ardeur de la part du personnel traitant.


Il dénonce autre chose : " l'hôpital vend des médicaments en son sein. Ils ont tous les médicaments disponibles avec eux, mais ne les utiliseront jamais pour soigner un malade en urgence. Tant que tes parents ne viennent pas pour te sortir d'affaires en mettant la main à la poche, ils sont capables de te laisser mourir", dénonce-t-il très affligé.


Un vrai cri de cœur lancé par Koukougnon Christ ce matin, qui en appelle à la bienveillance de notre corps médical, parce que la vie humaine, sacrale, n'a pas de prix.


Louis-César BANCÉ

Content created and supplied by: LouisCésarBANCE (via Opera News )

abidjan awa fadiga hexagone patcheko

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires