Opera News

Opera News App

Les raisons majeures de la construction de la tour de Babel

Jacobisraël
By Jacobisraël | self meida writer
Published 17 days ago - 7 views

Le récit biblique de la Tour de Babel (Gn. XI : 1-9) dit que le sommet de celle-ci devait atteindre les cieux. Ce texte a inspiré de nombreux artistes, au premier rang desquels Pieter Bruegel l'Ancien. Cet article s'intéresse à la manière dont parmi eux quelques prédécesseurs de Bruegel, puis lui-même, ont représenté le ciel, lequel joue dans cette histoire un rôle fondamental : non seulement le ciel est le but que se sont assigné les constructeurs de la tour, mais c'est du ciel que vient la punition qui en provoque la destruction. C'est pourquoi le ciel mérite, au sein des images, une attention qu'on ne lui a pas suffisamment prêtée jusqu'ici.


On projetait pour elle une hauteur prodigieuse : jusqu’au ciel, disait-on. » Voilà ce qu’on rapporte à son propos, écrit saint Augustin à propos d’« elle », dans son célèbre ouvrage De Civitate Dei. Imaginez-vous : une altitude littéralement miraculeuse, au point d’atteindre le ciel ! Le ciel, rendez-vous compte ! « Elle » ? C’est bien sûr, vous l’aurez deviné, de la Tour de Babel que parle l’évêque d’Hippone. « Une tour dont le sommet atteigne les cieux », dit en effet la Genèse1.

La phrase de la Genèse doit être comprise comme un emprunt critique de l’auteur biblique à la terminologie des inscriptions de temples babyloniens qui lui était à l’évidence familière2. De nombreuses inscriptions de temples – autrement dit, de ziggurats – décrivent en effet ceux-ci comme touchant au ciel. Ainsi Nabopolassar, le fondateur, en 626 av. J.-C., de l’empire néo-babylonien, dit-il explicitement d’Etemenanki, la ziggurat de Babylone (c’est elle, la tour de Babel historique), que « son sommet doit atteindre le ciel »3 et son fils Nabuchodonosor II (605-562 av. J.-C.) en relève le sommet « afin qu’elle rivalise avec le ciel »4.


3

« Mais, poursuit Augustin, qu’aurait pu faire la vaine présomption des hommes en élevant vers le ciel contre Dieu une pareille masse à une pareille hauteur, eût-elle dépassé toutes les montagnes, fût-elle montée au dessus des nuages ? En un mot, quel tort pourrait faire à Dieu une élévation, si grande soit-elle, de corps ou d’esprit ? »5 Pourtant Dieu, curieusement, ne vit pas l’affaire d’un très bon œil. Quand ils entreprirent d’édifier leur tour, les hommes auraient pourtant dû prendre garde au ciel : on n’y touche pas impunément. Les constructeurs de Babel auraient dû, en effet, se méfier, car c’est du ciel, entendu comme siège divin, que vint leur punition. Dieu introduisit la confusion dans la langue des bâtisseurs, et les dispersa de par le monde. C’en était terminé de leur ambitieux chantier.

4

L’interprétation dominante a vu dans cet épisode une manifestation d’hubris, voire de rébellion, contre Dieu. Le souvenir, souvent vague, que l’on garde de ce récit fait qu’on ne se rappelle plus exactement de la cause de l’échec de l’entreprise. Ce qui s’explique aisément, vu le peu de cas qu’en fait la Bible. Un texte bref, quelques lignes, neuf versets à peine, les premiers du chapitre XI de la Genèse. Un texte assez évasif, un peu confus pour tout dire. Un texte pourtant qui a fait couler beaucoup d’encre. Et excité l’imagination de nombreux artistes. Un texte qui a, en effet, suscité d’innombrables représentations, au premier rang desquelles, bien sûr, celle de Pieter Bruegel l’Ancien, qui se trouve au musée de Vienne6 (figure 1). Plus de 13007, dont les plus anciennes remontent au Ve siècle de notre ère. Et dont le nombre ne cesse de croître8. C’est à quelques-unes d’entre elles, antérieures à celle de Bruegel, que je m’attacherai ici, afin de mettre en évidence comment leur auteur y a représenté le ciel, dont le rôle dans cette histoire est fondamental.


Figure 1

Figure 1


5

Le récit biblique n’est pas l’unique source de toutes ces représentations. L’interpolation avec d’autres récits mythiques a enrichi la légende de détails qui ne figuraient pas dans le texte de la Genèse. Leurs auteurs se sont beaucoup occupés, notamment, de la raison pour laquelle Dieu punit les bâtisseurs de Babel, le lien n’étant guère explicite entre la construction de la Tour et la punition divine, ainsi que du type de punition que Celui-ci leur inflige. Nulle part non plus dans le récit biblique, il n’est fait mention de la destruction de la Tour. Ce trait a été ajouté par la tradition orientale. Vu le rôle joué par le ciel, puisque c’est de lui que vient la punition, il me paraît important, dans le cadre de l’analyse ici proposée, de mentionner brièvement quelques-uns des principaux textes de cette tradition orientale, ce qui permettra de saisir dans les grandes lignes les voies par lesquelles le récit de la Tour de Babel est parvenu jusqu’à nous, toujours enrichi, souvent complété, parfois modifié, voire complètement altéré.

6

Parfois identifié avec l’astronome et prêtre du temple de Bêl-Marduk à Babylone à l’époque des premiers Séleucides (IIIe s. av. J.-C.), l’« historien » babylonien (chaldéen) Bérose est l’auteur des Babiloniaca (ou Chaldaïca), une Histoire de la Babylonie ou de la Chaldée9 écrite en grec vers 280 av. J.-C.10 et dédiée au roi séleucide Antiochos Ier (281-260 av. J.-C.). L’apport de Bérose est important, car il n’est pas impossible qu’il ait puisé à des sources babyloniennes auxquelles il aurait eu un accès direct11. Son œuvre, perdue, est accessible seulement via celles de l’« historien » grec Abydène (IIIe s. av. J.-C.) et du philosophe, géographe et « historien » romain originaire de Milet Alexandre Polyhistor (Ier s. av. J.-C.), lesquelles varient quelque peu.


7

Les traits principaux du récit d’Abydène sont les suivants : les constructeurs de la Tour sont des Géants (caractérisés par leur force et leur grande taille) ; l’emplacement de la Tour est Babylone ; la Tour, déjà proche du ciel, est détruite par un vent violent, généré par les dieux ; suite à quoi, la langue des hommes, jusqu’alors unique, est divisée en plusieurs. Quant à Alexandre Polyhistor, il cite la Sibylle comme source du récit ; les hommes parlaient primitivement un langage unique ; la Tour qu’ils bâtissent est destinée à monter au ciel ; la Tour est détruite par un vent (ou un orage) violent, d’origine divine ; la division des langues a également une origine divine ; la division des langues est (sans explication) la cause du nom de Babylone.

8

L’historiographe d’expression grecque, Flavius Josèphe, d’origine juive (il s’appelait Joseph ben Mathias), né vers 37 ap. J.-C. à Jérusalem et mort à Rome vers 100 ap. J.-C., est surtout connu par les vingt livres de ses Antiquités judaïques dans lesquels il retrace l’histoire des Hébreux depuis les origines antiques. Josèphe, qui ne manque pas de citer ses sources, au nombre desquelles figurent l’Égyptien Manéthon, le Grec Hésiode ou le Chaldéen Bérose, est l’héritier d’une longue tradition proche-orientale. Il supplée dans son récit au peu de renseignements que fournit la Genèse à propos de la Tour de Babel12. Comme instigateur de l’édification de la Tour, il désigne Nemrod, qu’il décrit comme un « homme audacieux, d’une grande vigueur physique » qui se conduit en tyran13. Il fournit des explications sur les raisons de cette construction, entreprise, selon lui, pour se protéger d’un nouveau déluge14 ainsi que par crainte de la dispersion15. Il explique également les causes du châtiment divin : le refus des hommes d’obéir à la recommandation de Dieu qui leur conseille de se disperser et le soupçon qu’ils nourrissent vis-à-vis de Lui qui, en leur enjoignant de se disperser, leur tendrait un piège16. En outre, Josèphe éclaire l’étymologie biblique de Babylone : « L’endroit où ils bâtirent la Tour s’appelle maintenant Babylone, par suite de la confusion introduite dans un langage primitivement intelligible à tous : les Hébreux rendent confusion par le mot babel. »17 C’est, à ma connaissance, le premier auteur à fournir cette explication du nom de la ville. Enfin, Josèphe termine en citant le récit de la Sibylle, dont il sera question ci-après. Les ouvrages historiques de Josèphe présentèrent pour les docteurs du Moyen Âge un singulier attrait : nul doute qu’ils ne considérassent les Antiquités comme le commentaire le plus précieux et le plus autorisé de l’Ancien Testament – qu’il suffise de mentionner, à titre d’exemple, ce qu’un Pierre Comestor doit à Josèphe18.

On retrouve le même brassage d’histoire biblique et de mythologies babylonienne et grecque dans les Oracles sibyllins, un recueil de 14 livres attribués à diverses Sibylles, composés à différentes époques entre le Ier et le IVe siècle ap. J.-C. par d’anonymes poètes judéo-hellénistes utilisant un matériel d’une extrême variété19. Réplique idéalisée de la Pythie de Delphes, la Sibylle écrit, avec l’assurance que lui procure sa naissance dans un passé fort lointain, l’histoire depuis le commencement des temps. Les oracles babyloniens se rapprochent des traditions bibliques pour ce qui est de la Création, du Déluge, de la Tour de Babel, de la fin de Babylone. La Tour de Babel fait l’objet de quelques lignes seulement. La Sibylle raconte que les hommes, tous « homophones », construisent une tour parce qu’ils voulaient s’élever « jusqu’au ciel étoilé », mais que Dieu les en empêcha en faisant se lever un vent violent qui la détruisit20. Les Oracles, dont la valeur artistique est négligeable, constituent toutefois un document important du point de vue politique et religieux, car cette littérature, bien qu’elle ait servi de propagande au judaïsme, mal dompté par les Romains, ne fut pas dédaignée par l’Église qui y voyait un point de contact entre le paganisme et la Bible, bien utile pour confirmer ses pouvoirs temporels et spirituels.

Content created and supplied by: Jacobisraël (via Opera News )

Tags:      

Opera News is a free to use platform and the views and opinions expressed herein are solely those of the author and do not represent, reflect or express the views of Opera News. Any/all written content and images displayed are provided by the blogger/author, appear herein as submitted by the blogger/author and are unedited by Opera News. Opera News does not consent to nor does it condone the posting of any content that violates the rights (including the copyrights) of any third party, nor content that may malign, inter alia, any religion, ethnic group, organization, gender, company, or individual. Opera News furthermore does not condone the use of our platform for the purposes encouraging/endorsing hate speech, violation of human rights and/or utterances of a defamatory nature. If the content contained herein violates any of your rights, including those of copyright, and/or violates any the above mentioned factors, you are requested to immediately notify us using via the following email address operanews-external(at)opera.com and/or report the article using the available reporting functionality built into our Platform

VOUS AIMEREZ

Un puissant groupe armé quitte la rébellion dans ce pays , le gouvernement méfiant : les faits

38 minutes ago

27 🔥

Un puissant groupe armé quitte la rébellion dans ce pays , le gouvernement méfiant : les faits

Nomination / Une nouvelle casquette pour Michel Gbagbo

2 hours ago

5818 🔥

Nomination / Une nouvelle casquette pour Michel Gbagbo

Georges Armand Ouégnin salue la main tendue du président Ouattara au président Gbagbo

3 hours ago

118 🔥

Georges Armand Ouégnin salue la main tendue du président Ouattara au président Gbagbo

Economie : Bédié était le père du "miracle ivoirien"?

3 hours ago

34 🔥

Economie : Bédié était le père du

Politique : voici celui qui a introduit Hamed Bakayoko auprès d'Alassane Ouattara

4 hours ago

3549 🔥

Politique : voici celui qui a introduit Hamed Bakayoko auprès d'Alassane Ouattara

Voici des expressions qu'il faut absolument connaître pour enrichir son vocabulaire...

4 hours ago

68 🔥

Voici des expressions qu'il faut absolument connaître pour enrichir son vocabulaire...

Skelly déclare sa flamme à la ministre Affoussiata Bamba Lamine: " Je l'aime !"

4 hours ago

238 🔥

Skelly déclare sa flamme à la ministre Affoussiata Bamba Lamine:

L'état piteux du Palais de la culture quand il pleut suscite des critiques de l'opinion

14 hours ago

683 🔥

L'état piteux du Palais de la culture quand il pleut suscite des critiques de l'opinion

Retour de Gbagbo en Côte d'Ivoire: sentiments mitigés chez les "Gbagbo ou rien"

16 hours ago

626 🔥

Retour de Gbagbo en Côte d'Ivoire: sentiments mitigés chez les

Royaume-uni : la reine Elisabeth en deuil, son époux n'est plus

17 hours ago

15 🔥

Royaume-uni : la reine Elisabeth en deuil, son époux n'est plus

COMMENTAIRES