Sign in
Download Opera News App

 

 

NTIC / Père Djadji formel : « Les pasteurs doivent rejoindre les chrétiens sur les réseaux sociaux »

(Père Marius Hervé Djadji, prêtre du diocèse de Yopougon/photo Archives)

Les Nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), ont façonné les anciennes habitudes, à telle enseigne que le monde s’apparente à un village planétaire. Face à cette nouvelle réalité, père Marius Hervé Djadji invite en quelque sorte l’église à s’adapter à l’évolution du temps. 

Selon père Marius Hervé Djadji, avec les réseaux sociaux, tout bouge, les fidèles sont en mouvement.

« Aujourd’hui les chrétiens se retrouvent dans des communautés et inventent de nouvelles manières de louer Dieu. Beaucoup de chrétiens retrouvent la foi et se sentent à l’aise dans ces nouveaux lieux et nouvelles structures et manières d’adorer Dieu », a-t-il avoué dans une communication intitulée « Une Eglise Liquide dans une Afrique liquide » relayée ce 12 octobre 2021, sur la page de ‘’Radio Espoir Côte d'Ivoire’’.

Ainsi, le serviteur de Dieu, invite « les pasteurs africains à rejoindre les chrétiens dans les nouveaux lieux de rencontre, c’est-à-dire dans les groupes de prière, dans les communautés nouvelles et sur les réseaux sociaux. Il faut sortir de la pastorale classique, paroissiale avec une délimitation. Aujourd’hui, le spirituel doit primer sur la bureaucratie et les structures, a-t-il martelé.

Car dira l’homme de Dieu, le constat que nous faisons, est que la paroisse en tant qu’institution et structure ecclésiale, mérite une réflexion et une organisation nouvelle dans notre société actuelle. « Est-ce que le système paroissial n’est-il pas dépassé ? », s’est-il interrogé.

A en croire le prêtre du diocèse de Yopougon, « les fidèles créent d’autres lieux de rencontre. La paroisse n’est plus la seule structure ecclésiale. Les chrétiens se retrouvent partout, dans les quartiers, dans les mouvements. Ils inventent d’autres lieux de prière en dehors de la paroisse », a-t-il révélé.

Et d’ajouter « Les réseaux sociaux représentent de nouveaux lieux pastoraux, des espaces à travers lesquels, les chrétiens se rencontrent et s’expriment. Le chrétien qui ne parle pas, qui ne dit rien sur les paroisses ou à qui on ne donne pas la parole, a trouvé un autre espace pour s’exprimer et pour prier ».

Y.K

  

Content created and supplied by: Y.KOBO (via Opera News )

marius hervé djadji ntic

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires