Opera News

Opera News App Download

Côte d’Ivoire : qui sont vraiment les Dioulas ou Djoulas?

Published 17 days ago - 13626 views

Quand tu entends quelqu’un te dire, « moi-là je suis un petit djoula », il veut te faire comprendre qu’il a des prédispositions de cupidité, d’irrévérence ou de témérité. Quand tu entends également quelqu’un dire, « ça ce sont les Djoulas », il indexe les ressortissants du nord de la Côte d’Ivoire ainsi que ceux des pays de la sous-région situés dans le septentrion ou encore les personnes qui portent leurs patronymes. Quand tu entends aussi quelqu’un dire, « la fête des Djoulas », il fait référence aux fêtes musulmanes de Ramadan (Aïd-al fitr) et de Tabaski (Aïd-el Kebir).

Voici toute l’amalgame qui est fait autour du terme Dioula ou Djoula et qui par ricochet est devenu un fourre-tout, pour ne pas dire une nébuleuse.

Et pourtant selon l'ethnologue Amadou Hampâté Bâ, considéré à tort comme une ethnie, les Dioulas sont des commerçants ambulants malinké. Effectivement, Dioulas est un mot malinké qui signifie « Commerçants ». Les premières personnes à épouser ce nom sont donc naturellement les commerçants malinkés islamisés par les commerçants Arabo-Berbères musulmans venus d'Afrique du Nord et de l'Orient par les voies transsahariennes.

Après la colonisation française et le morcellement des territoires de l’Afrique occidentale française (AOF), les Dioulas qui étaient concentrés sur l’axe Bobo-dioulasso (Burkina Faso) – Kong (Côte d’Ivoire), se sont retrouvés disséminés un peu partout dans les pays francophones d’Afrique de l’Ouest.

En résumé, les vrais Dioulas sont des commerçants d’origine malinké. Autrement dit, désigner toute personne originaire du nord de la Côte d’Ivoire par le terme Dioula, c’est étaler son ignorance en la matière. Ce d’autant plus que le nord est peuplé, en plus des Malinkés, par les Sénoufos et le Lobis qui sont plus agriculteurs, chasseurs ou forgerons que commerçants.

Par ailleurs, le métissage étant très prononcé en Côte d’Ivoire, se référer au patronyme pour classer une tierce personne dans le registre des Dioulas peut conduire à se méprendre. Car derrière un Ouattara, Koné, Traoré ou Touré ne se dévoile pas forcément un Dioula. A contrario, derrière ces patronymes peut se cacher un Baoulé, Bété, Abron ou Sénoufo.

Il en est de même pour la religion. Autant il y a des Dioulas musulmans, autant il y a des Dioulas chrétiens. Cette réalité est partagée, dans des proportions différentes, par tous les groupes ethniques.

Malheureusement, les représentations sociales qui incluent les préjugées et les clichés ont la peau dure. Il faut donc convoquer une stratégie pédagogique pour changer les mentalités et la manière de voir les choses. 

Content created and supplied by: Pierre_Ephèse (via Opera News )

Tags:      

Aïd Côte d'Ivoire Dioulas
Opera News is a free to use platform and the views and opinions expressed herein are solely those of the author and do not represent, reflect or express the views of Opera News. Any/all written content and images displayed are provided by the blogger/author, appear herein as submitted by the blogger/author and are unedited by Opera News. Opera News does not consent to nor does it condone the posting of any content that violates the rights (including the copyrights) of any third party, nor content that may malign, inter alia, any religion, ethnic group, organization, gender, company, or individual. Opera News furthermore does not condone the use of our platform for the purposes encouraging/endorsing hate speech, violation of human rights and/or utterances of a defamatory nature. If the content contained herein violates any of your rights, including those of copyright, and/or violates any the above mentioned factors, you are requested to immediately notify us using via the following email address operanews-external(at)opera.com and/or report the article using the available reporting functionality built into our Platform

COMMENTAIRES

Voir tous les commentaires

VOUS AIMEREZ