Sign in
Download Opera News App

 

 

Le coin du bonheur : Armel Nahin et Léa Koné consolident le pont entre le Tchologo et le Guémon

Au son du tambour pré, la famille Koné, résidant au quartier Douanes de Ferkéssédougou (Nord du pays) vêtue de ses plus beaux attributs, reçoit la famille Nahin, venue de Duékoué (Ouest du pays) pour doter leur fille. Les faits se déroulent ce samedi 22 mai 2021 dans la capitale du Tchologo.

Au son du tambour pré, les convives font leur entrée dans la grande cour familiale des Koné au centre de laquelle se dresse un grand manguier. Pour la circonstance, deux grandes bâches blanches sont établies. L’une abrite les deux familles qui se font face et l’autre les invités.

Vêtu d’un boubou et d’un chapeau marron, le père Koné et son épouse attendent avec sérénité le courtisan de leur fille Léa. Droit dans leurs yeux : monsieur et Madame Nahin, leurs futures beaux-parents qui allient également sobriété et charme.

Les festivités sont engagées. Prières, discours et conseils meublent les interventions. Soro Bakary, porte-parole de la famille Nahin, pasteur Bruno François et le Diacre Karim des Assemblées de Dieu de Ferké se succèdent au pupitre pour saluer ce moment d’union entre les régions du Tchologo et du Guémon. L’ambiance atteint son paroxysme jusqu’à l’étape proprement dite de la dot.

Une jeune demoiselle, toute couverte du long du corps, est conduite minutieusement sur la place publique au prétendant Eric Armel Nahin qui est censé reconnaître sa dulcinée. Celui-ci se tient aux côtés de la jeune fille et en déduit qu’ils n’ont pas la même taille. Ce n’est donc pas la belle Léa. Le prétendant devra tout de même honorer le déplacement de la jeune fille avec quelques billets symboliques.

La scène se répète à trois reprises. Mais Eric Armel Nahin garde toujours espoir. Le tout au son du tambour pré et des échanges taquins entre les deux familles. La quatrième tentative sera la bonne. Cette fois-ci, un tonnerre d’ovation accompagne la jeune fille couverte de tout le long du corps.

Hélas, ses sandales dignes des grands jours, ont semblent-ils, vendu la mèche. Eric Armel Nahin et les siens sont convaincus qu’il s’agit bel et bien de celle pour laquelle ils ont effectué toute cette distance.

Lorsque le visage rayonnant et resplendissant de Léa Koné se laisse découvrir, l’ambiance devient électrique. La place devient exiguë pour les deux familles qui esquissent des pas de danse, symbole de réjouissance. Léa Koné, la cible identifiée, les deux familles se retrouvent dans la phase sacrée pour s’accorder. A leur sortie du bois sacré, la messe est dite.

Les deux tourtereaux peuvent poursuivre le cérémonial avec les passages en tenue Sénoufo, puis Wê dans l’allégresse et une liesse populaire digne des grands jours. L’étape suivante, celle du mariage civil et religieux est prévue samedi 12 juin 2021 à Abidjan dans la commune de Cocody Angré.

 

Cyrille NAHIN 

Content created and supplied by: Cyrille_NAHIN (via Opera News )

armel nahin léa koné tchologo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires