Sign in
Download Opera News App

 

 

Deux communautés religieuses se battent à Divo. Des blessés graves

Le prophète Josué Gnaka Kéké


Le pays Dida, dans la région du Loh-djiboua en Côte d’Ivoire, est connu pour ses nombreux prophètes, tous plus célèbres les uns que les autres.  Parfois, ils drainent des foules venant de partout dans le pays, comme ce fut le cas pour Gbahié,  ou même Baguéhonon Qui est la fondatrice de l’église Déhima.

Un autre prophète vient de naître dans la région. Il s’agit de Josué Gnaka Kéké. Il a pris le pouvoir dans l’église Adayé suite au décès du Guide Bangoré Dakouri Pierre, en 2017. Son église n’existe que dans quatre villages de la région. Mais à présent, Josué se dit investi d’un pouvoir divin. Or, ses méthodes dérangent. « Quand il doit « habiller un nouveau prédicateur » ou baptiser un fidèle, la soutane pour le premier et le bol d’eau pour le second, sont déposés dans un caveau où reposent les dépouilles de Dakouri Pierre et du prophète Adaï, pour au moins une semaine. C’est avec cette eau qu’il baptise et cette soutane habillera le nouveau prédicateur », soutient un fidèle pour qui il s’agit ni plus ni moins, d’un acte démoniaque.

De fait, cette église est fondée, à la veille de l’indépendance, par Bodo Adaï David. Originaire du Ghana et qui vit avec sa famille à Adiaké. Il appartient à la confession protestante. Mais du fait de ses fréquentes visions, il est excommunié. Les esprits lui demandent donc de se retirer à Divo où il crée sa propre communauté. A sa mort, il est succédé par Paul Bédi, un Dida de la région.  Quand celui-ci est rappelé à Dieu en 1990, l’église plonge immédiatement dans le désordre et est scindée en plusieurs démembrements. Un groupe, conduit par Okagnana Lazare, s’appelle désormais « Eglise aime ton prochain comme toi-même ». Le second est conduit par Jean Adido et conserve le même nom. Le troisième, dirigé par Bangoré Dakouri Pierre, se donne pour dénomination, « Eglise Adaï de Côte d’Ivoire ». Les trois entités se détestent à mort.

A la mort de Dakouri Pierre en 2017, son adjoint Jean-Baptiste se retire car Gnaka Kéké a pris le pouvoir. Jean-Baptiste se bat depuis longtemps pour la réunification de l’église. Il fait donc appel « à tous les frustrés » pour bâtir un temple à Divo. Son groupe n’accepte pas les pratiques nécrophiles de Kéké. Celui-ci, désormais prophète, demande à ses partisans de ne plus jamais fréquenter les autres et de les brutaliser s’ils les rencontrent à des funérailles. Or, de très nombreux liens de parentés existent. Le vendredi 5 novembre 2021, lors des obsèques du patriarche Emou dans le village d’Adaïdoukou, l’on a enregistré des blessés dont deux graves. « Alors que nous n’étions même pas sous la bâche, ils sont venus nous agresser », témoigne Zakry Denis. Le 13 novembre 2021,  le jeune Dakouri Israël, son épouse et sa sœur aînée ont failli perdre la vie lors d’une agression à domicile.

Soumahila Coulibaly, le sous-préfet de Yocoboué, a été alerté. Pour l’heure, il demande aux uns de ne plus se rendre aux funérailles des autres. Or, cela est impossible du fait des liens de parenté.

Paul D. Tayoro

Content created and supplied by: Paul-D-Tayoro (via Opera News )

ivoire

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires