Sign in
Download Opera News App

 

 

Menaces de mort contre les catholiques : Al Moustapha subit-il la loi du Karma ?

Touré Al Moustapha, président du Collectif des opérateurs économiques de Côte d'Ivoire, proche du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), placé sous mandat de dépôt ce jeudi 26 août à la maison d'arrêt et de correction d'Abidjan (Maca).

 Il s’en était tiré haut les mains en janvier 2020 après des menaces de mort proférées contre une marche des chrétiens catholiques. Ses acolytes ont menacé d’user d’armes blanches pour verser le sang des chrétiens catholiques qui s’aventureraient dans les rues pour une marche pacifique. Une année plus tard, celui qui avait joui des conseils du procureur de la République, Adou Richard, en lieu et place d’une condamnation, est impliqué dans une affaire de fraude sur des exonérations des sénateurs.

La loi du Karma ou la loi du retour selon laquelle nous récoltons ce que nous avons semé. Faut-il voir en l’arrestation d’Al Moustapha la réparation d’une injustice ? Beaucoup d’Ivoiriens sont persuadés que ses étroites relations avec le parti présidentiel, le RHDP, lui ont permis d’échapper à la prison après les menaces de mort proférées par ses partisans contre les chrétiens catholiques. Une thèse enrichie et fécondée par les propos du concerné.

« La prison est faite pour les hommes. Depuis la mort d'Hamed Bakayoko qui était un père pour moi, on a décidé de réveiller des anciens dossiers pour me mettre en prison. », a-t-il déclaré dans une vidéo mercredi 25 août dernier, veille de son arrestation. Faut-il en déduire que le regretté Hamed Bakayoko couvrait Al Moustapha ?

Pourtant, ce n’est un secret pour personne. Touré Al Moustapha a une réputation sulfureuse. Invité à l’émission la Télé d'Ici Vacances de la chaîne NCI, le 13 août 2021, Al Moustapha, alors membre de la galaxie patriotique sous Laurent Gbagbo, reconnaît avoir usé de la force pour en découdre avec un directeur des Douanes qui dit-il, avait loué son véhicule et refusait de payer sous prétexte qu'il n'avait pas été dédouané. « Sous Laurent Gbagbo, j’avais un budget de 200 millions Frs CFA et une trentaine d'hommes armés sous mes ordres », a-t-il avoué. Il n’avait eu aucun remords quant aux menaces proférées contre l'église catholique de Côte d'Ivoire en janvier 2020, une marche, dit-il, déjà instrumentalisée par des politiques.

Espérons que, cette fois-ci, Justice sera rendue et que les complicités soient connues. En juin 2018, plusieurs médias avaient annoncé une arrestation d’Al Moustapha suite à une affaire en rapport avec la fraude.

 

Cyrille NAHIN 

Content created and supplied by: Cyrille_NAHIN (via Opera News )

al moustapha côte d'ivoire rhdp

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires