Sign in
Download Opera News App

 

 

S Kelly, le tragique destin !

La nouvelle du décès brutal de S Kelly tôt le mercredi 25 août 2021 a créé une véritable onde de choc dans la planète showbiz en Côte d'Ivoire. La mort du chanteur serait survenue, suite à un accès palustre au petit matin, dans un hôpital de Bouaké où il était interné. L'artiste coupé-décalé vivait dans cette ville, au centre du pays, dans une résidence qu'il s'était récemment fait construire. Il passait le temps entre ses séances de studio, des prestations et les sorties parfois dans la nature qu'il appréciait.

"L'oiseau rare", le "fils du vent", "le fils d'Abla Pokou" ou encore "le mari de la Vierge Marie" sont autant de sobriquets qu'il s'était attribué. Ses facéties, ses mises en scène et autres accoutrements ont autant amusé qu'ils ont défrayé la chronique depuis le retour d'Allemagne du chanteur et chorégraphe en Côte d'Ivoire début 2018. Hélas, il disparaît brusquement, à quelques mois de la célébration des 15 ans de sa carrière artistique qu'il prévoyait, à Bouaké et à Abidjan. 

(En janvier 2020, l'artiste malade avait formulé une étrange prière)

S Kelly "la machette" suscitait la curiosité, autant par sa philosophie de la vie que par ses propos déroutants. Il n'hésitait pas d'ailleurs à banaliser la vie et la mort, des sujets tabous dans nos sociétés africaines.

Alors qu'il était malade en janvier 2020, il a posté un texte, souhaitant en finir avec la vie : «Je suis malade, j'espère que je vais mourir aujourd'hui. (...). En un mot, je suis malade et j'espère que cette maladie va me tuer afin que cette affaire de S Kelly s'arrête définitivement (...)». Vœu exaucé ? Ou malheureux concours de circonstances ? Toujours est-il que c'est une courte maladie qui a eu raison de lui, quelques mois plus tard.

S Kelly part, emportant peut-être avec lui des choses qu'il aurait voulu nous dire où nous faire comprendre. Même s'il s'était un peu occidentalisé après plus de 20 ans de vie en Europe d'où il est revenu avec Monica, son épouse allemande, il n'a jamais renié pour autant ses origines. C'est sur sa terre ancestrale qu'il rend l'âme ce matin pluvieux du mois d'août.

Le public avait certes un peu de mal à cerner, à apprivoiser cet "oiseau" d'une espèce rare, atypique qui n'aimait pas emprunté les chemins battus. Il a donc fini par quitter définitivement le nid. Mais l'image de son plumage multicolore et ses gazouillis ne nous quitteront pas.

(S Kelly avait quelque chose de Tangara Speed Ghôda)

Au cœur de la démarche de cet artiste rebelle et iconoclaste, il y avait une philosophie de la vie qui nous rappelle furieusement celle d'un autre avant lui : le reggae man Tangara Speed Ghôda, frappé lui aussi par une maladie. Ce dernier a rendu l'âme, après deux ans de souffrance. Le concepteur du "loubard feeling" et du "radical sound", dépositaire du "Hakilisso" est décédé le 2 juin 2002, il y a donc 19 ans.

Chez Oumar Tangara (Tangara Speed Ghôda) tout comme chez Éric Parfait Francis Tarégué (Skelly), il y a une banalisation de la vie et de la mort. Toutefois le naturel et le spirituel se mêlent, s'entremêlent et fusionnent dans une démarche qui se veut créative et consciencieuse. Pour nous faire comprendre, qu'entre le ciel et la terre, nos âmes sont des créatures en transition. Des artistes incompris parfois, oui. Mais fous, non !

Ces deux-là étaient des hommes à part, notamment dans leur démarche artistique. Deux esprits audacieux qui faisaient les choses comme eux seuls savaient le faire. Quitte à exaspérer certains. Comme l'épisode du procès de S Kelly qui lui a valu en 2020 douze mois de prison avec sursis pour offense au chef de l'État et au défunt premier ministre Hamed Bakayoko. Il avait toutefois bénéficié de la clémence des autorités, après dix jours de détention.

(L'artiste est décédé à Bouaké, tôt le mercredi matin)

Avec ses mises en scène, S Kelly était unique en son genre. «Le vrai tombeau d'un mort se trouve dans le cœur de ceux qui vivent... Si tu as vécu selon le bien et selon la volonté de Dieu, pour toi, la mort est une victoire et ton cercueil un char de triomphe...», a-t-il écrit dans un de ses nombreux posts. La soirée du 26 mars dernier, avant de s'endormir, il a souhaité la bonne nuit à ses abonnés Facebook à travers ce message : «N'oubliez jamais Dieu, c'est la base. Longue vie à vous.» Adieu l'artiste !

Content created and supplied by: Fatogoma (via Opera News )

côte d'ivoire s kelly

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires