Sign in
Download Opera News App

 

 

Gouvernance : la solution n’est pas dans la répression mais dans l’éducation de l’âme

Dans le sens de notre conception que « le problème du développement ce n’est pas l’argent, mais l’homme » ; nous envisageons l’alternative crédible de l’éducation de l'âme fondée sur des valeurs d’ordre spirituel.

Je vois d’ici des pourfendeurs me dire que les institutions et autres entités d’ordre confessionnel ne sont pas en ce monde, forcément des exemples de bonne gouvernance, notamment financière. Et de ce fait, les 99,99% de formatés se disposent à être des laudateurs des moyens de répression de la corruption en ces sortes de police des polices ou autre hautes autorités de la bonne gouvernance.

Sans en sous-estimer les résultats certes remarquables en certains pays, qu’il me soit permis de douter que le principe de deux poids, deux mesures ne soit pas de mise en l’espèce. En commençant par la plupart des pays du continent noir, on note à quelques exceptions près de l’Afrique du Sud, que les juridictions n’ont pas de hautes cours de justice à même de juger les grands fonctionnaires d’Etat, à fortiori un ministre, et crime de lèse-majesté, un président de la république.

Il ne faut guère se leurrer par les donneurs de leçons quand on se rend à l’évidence des voies et moyens engagés pour étouffer des scandales politico-financiers au plus haut sommet des Etats dits développés. Tout se passe comme si, une sorte de pacte existe pour qu’un Président en exercice ne soit poursuivi. Et cette disposition touche même les ministres, et ce n’est certes pas le cas avéré de trafic d’influence et de délit d’initié imputé au Ministre LeDrian en ce procès qui lui pend au nez au Mali qui, viendrait infirmer nos allégations.

Les faits sont légion de malversations à travers le monde et à tous les niveaux de hiérarchie sociopolitique et financière pour qu’on ne se laisse point griser par une quelconque institution de contrôle ou d’évaluation de la bonne gouvernance. Et c’est en ce qui se pose telle une loi immuable de la corruptibilité de l’humain et de toute femme et de tout homme face à l’argent que  se propose notre approche dite d’éducation de l'âme fondée sur les valeurs d’ordre spirituel.

Comme nous l’affirmons avec force conviction, l’homme ne se résoud pas à sa seule consistance charnelle et disposition mentale, quoiqu’en prennent ombrage les 99,99% de formatés à la prétention rationaliste. Mais alors, engager la réflexion sur l’âme comme l’entité majeure qui gouverne l’être et l’agir de tout humain, ne revient pas à donner un blanc-seing à celles et ceux qui se réclament guides religieux ou autres éducateurs de l’âme.

On le sait, les religions se servent de l’alibi du spirituel à des fins d’engager les femmes et les hommes à la dépendance à des maîtres qui restent avant tout des humains, et donc soumis aux mêmes travers face à la triade avoir, savoir et pouvoir, à l’aune de la civilisation du matérialisme triomphant.

Cette éducation d’ordre spirituel que nous proposons se fonde sur un registre de paroles qui ont été expérimentées par des femmes et des hommes dont les témoignages de vies sont objectivement reconnus comme ayant triomphé de l’attrait irrésistible de leurs personnes charnelles et mentales au pouvoir, au savoir et à l’avoir .

C’est de cette donnée factuelle de rupture avec les valeurs matérielles que nous avons expérimentée comme possible, sous toutes les latitudes le dispositif d’éducation spirituelle pour une conscience citoyenne..

Dans l’ordre de la théorie politique du développement solidaire et responsable que nous avons élaborée, nous en considérons comme cheville ouvrière, les deux entités dites DAEE adultes et DAEE jeunes. Entendez décideur à l’Ame Eclairée par l’Evangile.

Pour le principe exposé de façon liminaire, il se faut se représenter des femmes et des hommes adultes qui auront saisi que la valeur intrinsèque n’est pas dans le patrimoine d’ordre matériel, mais bien dans le sens donné par ces moyens dans la contribution à la réalisation d’un monde plus humain.

La disposition qui pour 99,99% de formatés relève de l’utopie, est une réalité en bien de témoignages dans toutes les contrées, par des femmes et des hommes qui par des expériences diverses et de diverses formes, ont saisi qu’à la vérité, nos biens ne nous accompagnent pas quand vient l’heure de la rigidité cadavérique.

Trouver des femmes et des hommes adultes ayant fait cette expérience en leur âme et non de déception en leur corps et mental, voici les DAEE adultes dont aura besoin le Programme de mise en œuvre dans tout pays qui le sollicite, les acteurs du développement solidaires et responsables chargés de la gestion des ressources à mettre au service de la culture du travail et non de l’emploi pour les jeunes.

Et c’est dans la perspective de la session de cet héritage de la rupture épistémologique avec l’attrait et l’esclavage charnel et mental au patrimoine matériel de l’avoir, du savoir et du pouvoir que seront formés ces jeunes qui, devenus à leur tour DAEE, vont bâtir l’âge d’or de ce continent prophétisé en Isaïe 19.

Exit de toutes ces institutions de bonne gouvernance, car par ce dispositif d’éducation spirituelle qui touche à l’âme, donc au fondement ontologique de tout humain, le disposant par quasi réflexe au diktat du patrimoine de l’avoir, savoir et pouvoir ; l’homme pourrait devenir un Dieu pour l’homme, et non plus un HOMO OMNI LUPUS en ce monde aujourd’hui de guerre, de corruption et donc de véritable déni d’humanité.  

Content created and supplied by: Adiandjef (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires