Sign in
Download Opera News App

 

 

La polygamie en Côte d'Ivoire

La polygamie désigne un régime matrimonial où un individu est lié, au même moment, à plusieurs conjoints. C’est donc la possibilité pour un homme de se marier avec plusieurs femmes.

Cette pratique qui est courante en Afrique est souvent autorisée dans certaines législations. Elle est limitée en Guinée, au Mali ou au Sénégal, où les futurs époux doivent se prononcer sur le modèle de mariage auquel ils souscrivent : monogame, polygamique classique (jusqu’à quatre épouses) et polygamique limité à deux ou trois épouses.

En Côte d’Ivoire par contre elle est interdite officiellement, en tout cas dans le code de la famille.

Mais qu’en est-il réellement dans la pratique ?

Cette pratique qui est de source coutumière et religieuse est très ancrée dans les populations. Du point de vue coutumier, il est possible pour un homme de se marier à plusieurs épouses s’il le souhaite. Et on a certains peuples de cote ‘ivoire qui sont reconnu pour leur attachement à ces coutumes. Dans le nord de la Côte d’Ivoire, avec le peuple Malinké qui y est beaucoup attaché.

À l’ouest on a les bétés aussi qui la pratique.

Et même au centre et à l’est chez les Akans qui ne sont pas en marge de cette pratique. Il faut donc comprendre que la pratique n’est pas forcément lié à un seul groupe ethnique ou religieux.

Ce qu’il faut souligner c’est que ces mariages ne sont pas célébrés à la mairie de façon officielle puisque la pratique est interdite. Mais dans nos sociétés africaines le mariage coutumier est le plus important et précède toujours le mariage civil. Le mariage civil est comme une formalité administrative. Ainsi, il est rare de voir un mariage civil sans mariage coutumier.

Ce qui donne donc une crédibilité au mariage coutumier et donc à la polygamie.

 

Sur le plan religieux aussi, surtout chez les musulmans qui sur la base du coran ont la possibilité d’épouser plusieurs femmes les confortent dans cette pratique. Ainsi il n’est pas rare de voir les musulmans célébrer 2, 3 ou 4 mariages quand l’homme a les capacités financières adéquates pour le faire. Et même les intellectuels ne dérogent pas à cette règle, car pour eux c’est normal.

Par ailleurs certaines réformes dans le code de la famille en Côte d’Ivoire semblent faire la part belle à la polygamie.

La réforme annoncée sur la filiation : L’homme pourra en effet reconnaître son enfant né de l’adultère non plus après le consentement de son épouse légitime, mais après une simple notification de celle-ci par un acte d’un commissaire de justice.

Ainsi cette réforme donne ainsi implicitement un statut légal aux multiples mariages contractés soit de façon traditionnelle soit suivant certaines religions. On donne ainsi en Côte d’Ivoire l’impression de faire de l’adultère une vertu, sinon d’en être indifférent, alors que la loi la considère comme un motif de divorce. Il faut dire que de plus en plus dans la jurisprudence ivoirienne, on accore davantage de droits aux concubines. Ce qui renforce l’idée selon laquelle la législation ivoirienne accepte tacitement la polygamie.

Enfin, plusieurs voix (les féministes) se font entendre pour en finir avec cette pratique qui est l’un des marqueurs majeurs de l’inégalité femme/homme.

Mais il faut reconnaitre qu'il est toujours difficile de légiférer dans un domaine qui touche la famille et qui date de nos ancêtres. Cette pratique étant très ancrée dans les mœurs des familles ivoiriennes, mais aussi africaine, il sera compliqué de changer les mentalités par des lois.

Pour notre part, il faudrait l'encadrer pour en purger les effets pervers comme les mariages forcés et autres. Et pourquoi pas limité le nombre d'épouses ?

Content created and supplied by: SieurKouame (via Opera News )

côte d'ivoire

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires