Sign in
Download Opera News App

 

 

Pourquoi un croyant ne peut pas dire "Qu'ai-je fait pour subir un tel sort"?

Ldi0706211415

"Qu'ai-je fait pour subir un tel sort?" Voici une question que bien de personnes posent et se posent lorsqu'elles ont l'impression de ployer sous le poids des différentes contingences et vicissitudes d'une vie où l'argent, le matériel et nos émotions sont rois. Qui d'entre nous ne l'a jamais posée avant d'avoir été éclairé sur le mal fondé d'une telle interrogation? À qui s'adresse cette question ? Que traduit-elle? Et quelles en sont les implications ?

Nous le savons tous, la question s'adresse à Dieu, créateur de toute chose, omniscient, omniprésent et omnipotent qui reste notre seule recours en toute situation. C'est pourquoi la question, sujet de notre réflexion est presque toujours précédée d'une interpellation lancée à Dieu. C'est toujours "héé Dieu Qu'ai-je fait pour subir un tel sort?"

Cette question est donc posée par des supposés croyants, des personnes qui croient en l'existence d'un Dieu vrai et unique qui selon elles, doit absolument récompenser ici sur terre notre foi en lui. Lui adresser cette question c'est donc un ras le bol qui est exprimé face à la rudesse de la vie, face à la pauvreté, la misère, la maladie, les échecs, les chagrins d'amour, les trahisons, la mort. En fait cela veut dire qu'on demande des comptes à Dieu pour ce que l'on est en train de subir et qu'on trouve à tort ou à raison injuste et injustifié. Il arrive même que la question soit précédée ou suivie d'une autre qui est "pourquoi moi?". Cette dernière traduit qu'on ne comprend pas que parmi des milliards d'êtres humains sur terre le choix se soit porté sur nous pour subir le courroux de la vie. Je m'amuse souvent à dire à ces personnes "tu aurais voulu que cela arrive à qui d'autre? Indique quelqu'un d'autre à Dieu à qui il va faire subir ce que tu traverses".

En réalité un chrétien, un musulman ou un croyant tout court ne peut même pas être effleuré par ce genre de questions qui sonne comme un manque de foi, pire un blasphème. Car tout croyant doit avoir à l'esprit que Dieu est souverain. Il fait les choses comme bon lui semble et n'a aucun compte à rendre à qui que ce soit. Les riches n'ont aucun mérite particulier qui leur a conféré leur richesse et les miséreux n'ont pas forcément péché contre le créateur. Dieu est juste et bon et un vrai croyant doit bénir son nom en toute circonstance, heureuse ou malheureuse. "Qu'ai-je fait pour subir un tel sort ?" implique que l'on est très loin d'être converti et que notre foi est attaché aux périodes de vaches grasses et nous sommes capable de renier Dieu à tout moment. Cela signifie aussi que l'on ne sait pas apprécier à sa juste valeur la vie que nous avons gratuitement. Que nous n'avons pas conscience qu'il y a des situations pires que la nôtre. En un mot c'est de l'ingratitude. l'Éternel nous donne la bonne compréhension.

SRANKPAWA BOUAKE Ldi0706211415

Photo: Internet

Abonne toi "+ Suivre", Partage, Commente et mets un like

Content created and supplied by: SRANKPA (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires