Sign in
Download Opera News App

 

 

Evangéliste Paul Obrou: "le problème de l'école ivoirienne tire son origine de la rébellion de 2002"

Face à tous les maux qui minent l'école ivoirienne, la politique et la vie en société, chaque citoyen essaie de trouver des raisons qui justifient toutes les imperfections du pays. Il y a beaucoup de choses qui vont de travers, des choses dont les solutions semblent être sous les yeux des populations. Malheureusement, on a du mal à régler ces problèmes.

L'école ivoirienne rencontre plusieurs difficultés en cette fin d'année 2021. On s'interroge sur la mentalité qui pousse nos jeunes élèves à vouloir prendre des congés anticipés sur un mois, juste pour savourer des fêtes de fin d'année qui ne changent pas l'existence d'une personne. Des écoles saccagées, des enseignants pourchassés et blessés, des élèves en joie de ne pas aller à l'école... il va falloir chercher l'origine du mal au-délà des actes que nous voyons.

L'Évangeliste Paul Obrou, homme de Dieu très dévoué pour le développement de la nation selon le respect des préceptes divins, s'est prononcé sur l'attitude de ces élèves qui réclament avec violence des congés anticipés. Ce mercredi 08 décembre 2021, sur sa page Facebook, il a dit ceci: <<le problème de l'école ivoirienne, ce ne sont pas les élèves qui exigent par la force des congés anticipés, non! En 2002, les fondements de notre pays ont été attaqués, et en 2011, ils ont été renversés. Depuis lors, le pays marche à l'envers. La Bible dit dans Psaumes 11 au verset 3: "quand les fondements sont renversés, le juste que fera-t-il?" Revenons à la normale et tout va s'arrêter. Respectons nos lois>>.


Pour l'homme de Dieu, le mal que traverse l'école ivoirienne est profond, il date de la rébellion de 2002. Le pays a connu une guerre qui a changé les mentalités et a fait accepter la violence dans les esprits. Pour une simple affaire de "congé", on détruit des voitures et des bureaux administratifs dans les écoles. L'homme de Dieu croit le mal du pays tire son origine des crises socio-politiques qu'a connues le pays. Ces crises n'ont pas totalement été résolues sur la base de la réconciliation nationale, du repentir véritable et du rejet drastique de toute violence. La vie du Rwanda étaye les propos de l'évangéliste Paul Obrou. Ce pays a connu un génocide atroce qui a détruit le pays entre avril et juillet 1994. Il ne s'est déroulé que sur 3 mois mais a ôté la vie à près d'un million de gens. Aujourd'hui, la haine entre peuples Hutus et Tutsis a entièrement disparu. Ensemble, ils sont en train de développer leur pays. Ils se sont rendus compte du fait qu'ils avaient mal agi en s'entretuant pour des raisons politico tribales. Le pays va très bien parce qu'ils ont fait ce qui est normal.

Pour nous, nous pensons que la Côte d'Ivoire ne s'est pas réellement remise de ces soulèvements armés qui l'ont endeuillés. La violence est quelque peu présente dans les esprits. Comme l'a dit l'homme de Dieu Obrou Paul, le problème de l'école ivoirienne n'est que la partie visible de l'iceberg. Il y a d'autres problèmes socio-politiques bien plus graves que la grève des élèves. Le pays appartient à tous. Il faut que nous arrivions à reconstruire les mentalités en bannissant de nos esprits le passé tragique de notre nation. Autrefois, 62 ethnies vivaient sur le sol ivoirien sans aucun problème. Cela est possible si nous tuons les querrelles ethniques, politiques et religieuses, pour faire place à l'ivoirien nouveau, un ivoirien qui respecte sa loi et son pays.

Content created and supplied by: Soldatduciel (via Opera News )

paul obrou

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires