Sign in
Download Opera News App

 

 

[Entretien]-N’Douba Michelle Biri (Pdte ONG Exaucé):"on peut partir de rien et se retrouver au sommet"

Là où hommes et femmes se bousculent pour se trouver un emploi stable et parfois de luxe, certaines personnes sont simplement choisies par Dieu pour faire sa volonté : le servir en servant les autres. C’est le cas de Dame N’Douba Michelle Epouse Biri, Présidente de l’Ong Exaucé, qui parcourt villes, villages et hameaux pour changer les conditions de vie de ses semblables. Au siège de son Ong sis à la Cité Synatrésor sur la route de Bingerville. Entretien !

Depuis quand existe votre Ong et pourquoi l’avez-vous créée ?

Nous existons depuis 10 ans. L’Ong a été créée juste après la crise qu’a connue la Côte d’ivoire. J’étais à Yopougon et quand la crise est survenue je suis allée à Assinie. Et dès mon retour à Abidjan, je me suis installée à Koumassi campement où j’avais un dépôt de crème star ; et j’ai constaté que des enfants venaient régulièrement ramasser les ordures là. C’était des enfants de bas âge, 9 ans, 8 ans, 10 ans, qui n’étaient même pas chaussés et que je sentais fort défavorisés. Je les ai appelés et je leur ai demandé pourquoi ils s’adonnaient à une telle activité au lieu d’aller à l’école. Ils m’ont dit qu’ils n’étaient pas scolarisés et qu’ils vivaient de ça. Ce qui a attiré mon attention et ma curiosité m’a conduite chez leurs parents. J’ai trouvé une femme et un homme d’un âge avancé assis sur une natte. 

Quand je leur ai demandé pourquoi les enfants ne partaient pas à l’école, ils m’ont dit qu’ils n’avaient rien et qu’ils vivaient de ce que les enfants ramenaient de leurs activités quotidiennes. Les parents soutenaient donc les enfants. Ce que je n’ai pas trouvé normal. Sur le champ, j’ai pu apporter ce que je pouvais comme soutien. Et avant de m’en aller, j’ai échangé avec la maman qui m’a dit qu’elle n’avait besoin que d’un fonds de commerce pour s’installer. Elle ne demandait que 10 mille ou 20 mille francs. C’est alors que je lui ai donné 20 mille francs. Mais je lui ai dit qu’en retour, je souhaitais qu’elle scolarise la jeune fille. Et comme elle m’avait indiqué le lieu où elle envisageait de vendre, j’y suis revenue trois jours plus tard. Et je l’ai trouvée en train de vendre des fruits : mangues, oranges... Elle m’a dit que la vente de ces fruits lui rapportait 100 % de bénéfice. Ce qui m’a fort épatée et j’ai compris qu’avec 20 mille francs on pouvait faire renaître la dignité et l’espoir d’une famille.

A la rentrée scolaire, elle a pu scolariser la fille. Et j’ai dû intervenir pour les autres enfants. Cela m’a donné une grande joie, une satisfaction totale de voir cette maman retrouver le sourire. J’ai alors vu renaître la vie dans cette famille. Je me suis donc dit : Pourquoi ne pas continuer ? C’est de là que m’est venue l’idée de créer l’Ong Exaucé.

Quels sont les objectifs de l’Ong Exaucé ?

Nous apportons de l’aide et de l’assistance aux veuves, aux orphelins, aux personnes démunies, aux handicapés. Nous avons choisi de mettre en avant l’amour, le partage et la solidarité humaine. Mais aussi la santé et l’autonomisation de la femme.

Qu’avez-vous donc déjà mené comme actions depuis la création de votre Ong ?

Nous avons mené plusieurs actions. Chaque année nous organisons un ‘’Arbre de Noël’’ pour les enfants depuis la création de l’Ong. Nous avons organisé des journées de bienfaisance à l’égard des femmes. Et nous donnons également des cours sur l’autonomisation de la femme. Nos activités portant aussi sur la santé, nous organisons régulièrement des opérations de collecte de sang dans plusieurs écoles et autres structures.

Quels sont vos projets à court terme ?

Notre projet à court terme, c’est la création d’un centre de formation pour les femmes et les enfants à Abidjan. Cela concerne la couture, la coiffure, la pâtisserie, etc. Aujourd’hui, on peut tout faire, pourvu qu’on ait la volonté. On peut partir de rien et se retrouver au sommet. C’est un centre de formation pour l’éducation de la petite fille, mais aussi pour la femme.

Quel appel pouvez-vous lancer à la population et au gouvernement ?

Nous sollicitons l’aide du gouvernement pour nous permettre d’aller plus loin dans la réalisation de nos objectifs ; car les défis à relever sont vraiment grands. Nous nous retrouvons parfois face à certaines situations qu’on ne peut malheureusement résoudre parce que nous sommes limités, les moyens faisant défaut. Nous agissons jusque-là sur fonds propres. Nous avons donc besoin de l’aide de l’Etat parce qu’il y a des cibles qu’ils ne peuvent pas atteindre et que nous atteignons. Nous les invitons souvent à nos différentes cérémonies mais ils ne viennent pas pour voir ce que nous faisons exactement.

Ce que nous demandons, ce n’est pas qu’ils viennent nous donner de l’argent, mais qu’ils viennent eux-mêmes voir ces cibles-là afin de pouvoir identifier l’aide à nous apporter ou à apporter directement eux-mêmes aux nécessiteux. Quant aux populations, nous leur demandons d’avoir le sens d’aider. Moi, je n’étais pas à Koumassi, mais quand je m’y suis retrouvée pour mon activité commerciale, j’ai pu refaire la vie d’une famille qui était dans le désespoir total et dans un dénuement qui ne dit pas son nom. Chacun de nous peut donc aider son voisin, son prochain. C’est ce que Dieu nous demande.

Votre mot de fin ?

Vraiment, mon dernier mot, je remercie toutes ces personnes qui soutiennent quotidiennement les femmes, les enfants, les personnes défavorisées au travers de l’Ong Exaucé, au risque même parfois de s’oublier. A toutes ces bonnes volontés je voudrais bien ici rendre hommage. Je remercie également le gouvernement qui le fait déjà si bien ; mais nous demandons qu’il fasse un peu plus. Nous avons notre activité de fin d’année en décembre et nous invitons toutes les bonnes volontés à venir voir de près ce que nous faisons. Cette activité consistera à récompenser des enfants, mais aussi des femmes à travers un concours des femmes en activité que nous avons déjà lancé. Juste pour motiver les femmes qui ne sont pas encore en activité à se trouver quelque chose à faire et se prendre en charge. Que Dieu nous bénisse.

 Entretien réalisé par M.O

Coll : S.L

Content created and supplied by: Sebastien_Levry (via Opera News )

Ong Exaucé

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires