Sign in
Download Opera News App

 

 

L'église : un marketing rentable en Afrique

Aujourd'hui plus d'un jour ne passe sans qu'une église ne naisse dans les capitales d'Afrique. Vivant des situations telles que : le chômage, la misère, la régression sociale, le manque d'emploi, les populations se ruent vers les églises afin de combler le vide qu'ils ressentent, l'incertitude de leur lendemain qui les anime. Les fidèles de ce mouvement religieux n'ont alors pour espoir que leurs "dieux pasteurs" qui seraient leur seul moyen de libération de cette situation atroce qu'ils vivent. Ce dévouement qu'ils ont pour lesdits dieux les poussent bien souvent à l'abandon de leurs maris ou femmes, de leurs enfants ou de leurs foyers conjugaux pour un animateur qui a le mérite de savoir manier la langue et d'avoir une forte connaissance des versets bibliques.

De nos jours il existe des églises de tout genre dans les quartiers par exemple d'Abidjan. Il est bien remarquable que l'église n'est plus un lieu de culte comme cela lui serait attribué dans ses fondements mais plutôt un marketing. Oui, un marketing parce-qu'on a bien l'impression que des gens prennent un malin plaisir à créer des églises, il n'est pas impossible de voir des églises dans un même rayon souvent côte à côte juste séparées par un mur. "Le marketing de la foi" est aujourd'hui redondant dans la société , les fidèles quant à eux se laissent endoctrinés par des personnes qui en rien ne nous assurent ou nous témoignent de leur diplôme pastoral.

Les grands pasteurs aujourd'hui roulent dans de belles voitures tandis que les fidèles sont dépouillés par les moyens des quêtes et dîmes.

En plus de ces moyens historiques, s’ajoutent aujourd’hui l’Internet et les réseaux sociaux. Entre affiches de campagnes de délivrance ou de guérison, tous les ingrédients du marketing y sont afin d’attirer des âmes dans leurs cultes. Le pastorat aujourd'hui pour lesdits "hommes de Dieu" est un véritable gagne pain. Tout juste une maîtrise de la langue et quelques versets bibliques, afin d’embobiner les consciences de leurs ouailles. Les versets bibliques en effet, sont scrutés en profondeur et sont sortis dans le but précis d'extorqué des fonds à ces fidèles et les maintenir sous leur joug. Ainsi, des phrases comme, “un bon serviteur ne regarde pas la main qui donne “ ou “Les pauvres verront le royaume des cieux” , sont les mots qu’ils scandent à leurs adeptes qui sous l’emprise des difficultés sociales et qui n’ont pour réconfort que Dieu se sentent obligés de donner de l'argent sans prise de tête ou de jugement possible.



Au Congo un pasteur autoproclamé "évêque" cite un jour lors d'une messe : << Viens donner l’offrande de l’église, ne soit pas gêner. 20$ ou 50$, donne tout ce que tu viens de demander, le dieu de l’évêque va l’accomplir. Même si tu n’as que 2$, 3$ ou 4$, donne tout. Le seigneur ne refuse rien. Cet argent, tu ne le jettes pas, tu le donnes à Dieu et si tu ne donnes pas, tu deviendras encore plus pauvre >>.

L'insertion des colons en Afrique s'est par voies divines. Aujourd’hui encore, la divinité reste un moyen de perdition et d’assujetissement de la population Africaine. A la seule différence, que ce ne sont plus des missionnaires blancs, mais bien des Africains eux mêmes qui dépouillement leurs propres frères.

Content created and supplied by: MiralemJunior667 (via Opera News )

Afrique

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires