Sign in
Download Opera News App

 

 

Johnny Patcheko :"Si la démocratie a un nom, elle s'appelle Alassane Ouattara"


En direct sur sa page facebook ce mardi 6 Juillet, 11 heures, le cyberactiviste Johnny Patcheko a abordé ses followers sur deux sujets essentiels : la liberté d'expression sous Alassane Ouattara et la méchanceté, selon ses propres mots, dont est victime l'activiste Arlette Zatté, cueillie à l'aéroport Félix Houphouët-Boigny après une plainte contre elle alors qu'elle retournait en France où elle réside.


"C'est sous le pouvoir Ouattara que les vidéomans s'expriment sur les réseaux sociaux sans être arrêtés. J'ai fait des vidéos pour destabiliser Ouattara, mais je suis arrivé à Abidjan, je n'ai pas été arrêté. Il y a plein d'activistes de l'opposition et du FPI qui parlent du président, et ils ne sont pas inquiétés. Si la démocratie a un nom donc, elle s'appelle Alassane Ouattara. C'est un président qui a su envoyer son pays vers la stabilité et le développement", a déclaré Koukougnon Christ Yvon en estimant que l'activiste Arlette Zatté n'aurait pas dû être arrêtée, bien que la plaignante a le droit de porter plainte.


"Arlette Zatté, la fille qui est venue d'Europe et qui a été conduite à la MACA ne mérite pas ça. Elle ne peut pas supporter la MACA à cause du climat, différent de celui de l'Occident.

Simone a le droit de porter plainte. La gendarmerie a reçu sa plainte, en faisant son travail, ce qui est normal. Mais la femme qui est en prison n'est pas nocive. Vous auriez dû lui pardonner. Mettez un peu d'eau dans votre vin", a souhaité le célèbre cyberactiviste en terminant son live dans un prêche de la tolérance.


LCB

Content created and supplied by: LouisCésarBANCE (via Opera News )

alassane ouattara johnny patcheko l'activiste arlette zatté

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires