Sign in
Download Opera News App

 

 

Les conséquences de la désobéissance de Jonas selon la sainte Bible

La désobéissance de Jonas et ses conséquences (Jonas 1)

 

 Le prophète Jonas nous enseigne surtout par son histoire personnelle, saisissante. Chargé d'annoncer le châtiment de Ninive, la grande métropole païenne si coupable devant Dieu, il se dérobe et s'enfuit « de devant la face de l'Eternel ». Son chemin qui « descend » toujours (1 : 3, 5) le conduit bien plus bas qu'il ne l'aurait voulu : « jusqu'au fondement des montagnes » (2 : 7) !

 Un serviteur de Dieu ne peut choisir ni son message ni son lieu de travail. La conduite de Jonas, fruit de sa propre volonté, est insensée : comment échapper à Celui qui voit tout et dispose de tout (Ps. 139 : 7-10 ; Luc 8 : 25) ? Le chemin paraît tout d'abord plaisant (c'est la signification de Joppé) ; les circonstances sont apparemment favorables : Jonas trouve un bateau. Néanmoins, ce chemin mène à la destruction (Tarsis).  Sur le navire, au milieu de la tempête, les marins idolâtres, conscients du danger grandissant, crient chacun à leur dieu. Et Jonas, que fait-il ? Il dort profondément au fond de la cale ; ce n'est pas le repos confiant d'un croyant, dont on voit plusieurs exemples dans l'Ecriture (Matt. 8 : 24 ; Act. 12 : 6), mais un sommeil insouciant qui manifeste une conscience endormie (1 Thes. 5 : 6).

           Le passager est arraché à son inconscience par les marins. Scandalisés par son attitude, ils l'interrogent rudement. Jonas décline son identité et confesse le nom de l'Eternel (1 : 9). Etre rappelé à l'ordre par le monde est bien humiliant pour un enfant de Dieu. Les marins décident de jeter le sort afin, disent-ils, « que nous sachions à cause de qui ce malheur nous arrive » (1 : 7). Le sort tombe sur Jonas (Prov. 16 : 33). Les questions se font alors plus précises ; Jonas réalise que la tempête vient de Dieu et qu'il doit subir les conséquences de sa désobéissance. « Prenez-moi et jetez-moi à la mer et la mer s'apaisera pour vous », conseille-t-il aux hommes (1 : 12). En perdant sa propre vie, celle des marins est assurée. Seul vrai remède pour le salut du pécheur, Jésus a donné sa vie en rançon pour plusieurs (Matt. 20 : 28). 

Prophétiquement, ce récit montre Israël infidèle à sa mission, objet du châtiment de Dieu, jeté dans la mer des peuples (Osée 8 : 8 ; Ps. 68 : 22) pour le salut des nations, représentées ici par les marins. Mais le temps approche, où comme Jonas, il sera vomi sur la terre (2 : 10). Restauré vis-à-vis de Dieu, ce peuple pourra enfin rendre témoignage, avec un succès tel qu'il n'en a jamais connu jusqu'ici.  Les marins tentent encore en vain de regagner la terre, tandis que la mer va toujours grossissant contre eux. Il leur faut se résigner à obéir et à jeter Jonas dans la mer : « Toi, Eternel, tu as fait comme il t'a plu » (1 : 14), disent-ils. Et aussitôt, la fureur de la mer s'arrête. Dieu a parlé par un moyen surprenant à ces hommes jusqu'alors fort éloignés de Lui. Leur conduite à Son égard dans cette circonstance est marquée par une crainte et une révérence que l'on espère durables.

Content created and supplied by: Kouakoujacob01 (via Opera News )

Jonas 1

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires