Sign in
Download Opera News App

 

 

Droit : pasteurs, imams et prêtres doivent-ils s'abstenir de célébrer les mariages ?

Le mariage est l’union d’un homme et d’une femme célébrée par devant l’officier de l’état civil. Telle est la définition du mariage selon la législation en vigueur. Mais le constat est qu'il y a une profusion de mariages, tantôt traditionnel, tantôt religieux sous nos cieux dans nos pays.

En Côte d'Ivoire, le mariage est régi par la Loi n° 2019-570 relative au mariage. Et cette loi dit en son article 13 :

"Le mariage est obligatoirement célébré par un officier de l’état civil".

Par la suite à l'article 14 de la même loi, il est dit que:

"Seul le mariage célébré par un officier de l’état civil a des effets légaux".

Quels effets les mariages célébrés dans les mosquées, les églises et les familles ont-ils ?

Nos femmes mariées seulement selon les rites traditionnels et religieux doivent-elles se considérer comme des célibataires ? Les pasteurs et imams se devant de respecter les lois de la nation doivent-ils s'abstenir de célébrer les mariages ?

Autant de questions que soulève cette loi sur le mariage qui fait fi des réalités sociales et sociologiques. Et pourtant selon les chiffres du recensement général de 2014, seulement 8,4% de mariage civils sont célébrés contre 79,1% de mariage coutumier et 28,4% de mariage religieux.

Pourquoi ne pas accorder le statut de légal tous ces mariages contractés avant 2019 afin de permettre aux femmes et enfants de bénéficier des retombées qu'accorde le mariage légal ?

Content created and supplied by: yakouser (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires