Sign in
Download Opera News App

 

 

Quelques exemples et caractéristiques de sociétés sécrètes chez les bamiléké

L'histoire de l'Afrique est généralement corrélée exclusivement à celle de l'esclavage, de la colonisation, de domination d’un peuple par un autre entrainant la perte de certaines valeurs coutumières au profit de celle des envahisseurs. Malgré tous les évènements historiques, le peuple bamiléké, situé dans la région de l'Ouest du Cameroun en Afrique centrale, a toujours trouvé un moyen de conserver son héritage, notamment mystique, au travers le fonctionnement des sociétés sécrètes. Ainsi, dans notre article nous vous donnerons quelques exemples concernant ces sectes.


La société Njye : Elle fait partie des sociétés les plus importantes et les plus redoutables. Le mot « Njyeh » veut dire « interdit ». C’est un groupe à caractère mystique dont le rôle est de protéger ses membres et la chefferie contre les fléaux naturels (épidémies, sècheresse, tornade) ; mais aussi surnaturel. Dans certaines chefferies. Les sociétés secrètes obéissent à des lois très strictes dont le non-respect peut entrainer des punitions sévères si par exemple le contenu des réunions était dévoilé à l’extérieur. Dans certaines chefferies, le « Njyeh » enterrera le Chef et s’occupera du culte des crânes des ancêtres.


La société M’kamvu : le M’kamvu veut dire littéralement les « neuf notables ». C’est une société politique et religieuse essentielle à l’organisation de la chefferie. Le M’kamvu contrebalance les pouvoirs du Chef et en principe les limites. La société désignera et s’occupera du culte des ancêtres. Son rôle est essentiel dans la survie de la communauté. Finalement, on pourrait stipuler que les « neuf notables » sont les vrais dépositaires de la culture bamiléké dont le chef est le garant.


La société Ku’ngang : c’est une société à caractère religieux et magique ; voire parfois militaire dans certaines chefferies. Elles jouent un rôle important. Elle intervient aussi contre les fléaux tels que la rougeole, la variole etc. Le pouvoir de cette société vient surtout du fait que la confrérie est un pont entre le monde des vivants et celui des morts.


Source : Avis de certains prêtres bamiléké et documentaires

 

 

Content created and supplied by: ANGEDELATARAXIE (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires