Sign in
Download Opera News App

 

 

Cohésion sociale : ''avant, personne ne regardait de quelle ethnie tu étais'', Imam Cissé Djiguiba

Ce Mercredi après-midi, l'émission de la RTI1 ''Ça fait l'actualité'' a parlé de cohésion sociale. Sur le plateau, l'Imam Cissé Djiguiba s'est remémoré de certaines réalités à une certaine époque.

L'Imam et recteur de la Mosquée Salam du Plateau en veut beaucoup à la politique politicienne. Selon le guide religieux, la Côte d'Ivoire vivait mieux avant la politisation de tous les débats. Pour lui, les populations en réalité n'ont pas de problème entre elle. La division viendrait seulement lorsque des sujets politiques sont mis au devant des choses.

L'Imam à évoqué la période où il s'est retrouvé dans un internat dans les années 70. Avec plus de 2000 pensionnaires, il avoue qu'il n'y avait aucune division malgré la diversité qui y existait. << Personne ne regardait de quel ethnie tu étais >>, a-t-il noté. C'était la nation qui primait à cette époque et non le clanisme. Il témoigne que c'est un chrétien qui a envoyé son père à la Mecque pour le pèlerinage, car Celui-ci l'avait hébergé et traité comme son propre enfant.

C'est cette Côte d'Ivoire que voudrait bien revoir l'Imam Cissé Djiguiba. Et non ce côté où certains groupes ethniques sont stigmatisés sur la base de leur origine qu'on considererait comme étrangère. Il prend l'exemple sur les ''wolof'' qui vivent à Dabou. Selon lui, la consonnance de leur nom font penser qu'ils sont d'un autre pays. << Ils sont installés à Dabou depuis le 19e siècle >>, précise-t-il.

On se rappelle d'ailleurs de l'expérience de la Miss Côte d'Ivoire 2019, Tara Gueye. Son mandat fut entaché par la polémique autour de sa nationalité, à cause de la connotation de son patronyme. On peut donc comprendre cette invitation de l'homme de Dieu aux Ivoiriens : "il faut savoir qu'il y'a des ''wolof'' ivoiriens, des ''mossi'' ivoiriens''. Il faudrait donc que les ivoiriens cultivent en eux l'amour. C'est ce qui leur permettra d'être plus tolérants envers leurs semblables.

Ami de l'Abbé Norbert Abekan, l'Imam Cissé Djiguiba se dit fier d'évoquer son côté Malinké, son côté Baoulé. Il se dit aussi être heureux de venir de Dabou, car ses ancêtres vivent là depuis des centaines d'années. Cette caravane des chrétiens et musulmans réunis, permettra peut-être de recoller les cœurs déchirés.

Content created and supplied by: DarymKard (via Opera News )

côte d'ivoire l'imam cissé djiguiba

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires