Sign in
Download Opera News App

 

 

Une conseillère spirituelle déconseille: "n'obligez pas vos enfants à suivre votre religion"

Vdi0309212100

Mlle Aïcha Akessé, conseillère spirituelle, journaliste, conférencière

La question de la différence de religion dans les couples demeure à ce jour préoccupante. Mais l'évolution des mentalités due au modernisme a réussi à faire sauter certains verrous, de sorte que la tolérance religieuse peu à peu s'impose en amour. N'empêche, une autre préoccupation demeure. C'est celle de l'éducation religieuse que doivent recevoir des enfants dont les parents sont de confession différente. La question était au centre du débat de "On se dit les Gbè" ce Vendredi sur la chaîne A+. "Si nous sommes de religion différente, j'impose la mienne aux enfants". Ainsi était libellé le thème soumis à la sagacité d'invités aux positions naturellement tranchées.

Mlle Aïcha Akessé, conseillère spirituelle et journaliste, expert du jour dont l'intervention était très attendue n'a pas déçu les téléspectateurs et spectateurs qu'elle a fini par départager avec une position modérée. Elle a affirmé que selon la théologie, l'éducation religieuse des enfants revenait au père, mais que dans la pratique c'était la mère qui s'en occupait. Elle en a donc déduit ce qui suit: "on n'impose pas sa religion à un enfant, on l'a lui expose. Vous avez un enfant, vous lui montrez les fondements de votre religion, la foi dans vos pratiques et l'enfant va s'identifier à vous, il va adopter votre religion". Mais que faire lorsque chacun des deux parents dans sa religion respective est très pieux et très engagé ? La conseillère spirituelle a estimé qu'il était surtout important pour le parent de montrer le bon exemple aux enfants à travers sa religion afin que ces derniers soient en conformité avec la société. "Si vous devez aller à la mosquée ou à l'église (NDLR: avec les enfants) avec la permission de l'autre (NDLR: le conjoint), vous partez. Le souci ici est que votre enfant doit être en conformité avec la société, parce que si vous êtes dans une religion où l'enfant n'est pas en adéquation avec la société, vous le formez mal et il ne sera pas accepté, et dans ce cas votre religion ne sera pas bonne" a-t-elle expliqué.

Une vue du plateau de "On se dit les gbè"

Cependant l'experte, consciente de la difficulté qui peut découler de la situation de deux personnes spirituellement engagée dans des confessions différentes, a simplement déconseillé une telle union. À cet effet elle s'est empressée d'avertir : "il faut faire très attention, l'enjeu est grand. Quand vous savez que mixte (NDLR: relation mixte) ne va pas vous arranger du tout, choisissez quelq'un qui est en conformité avec votre religion".

SRANKPAWA BOUAKE Vdi030921000

Abonne toi "+ Suivre", Partage, Commente et mets un like

Content created and supplied by: SRANKPA (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires