Sign in
Download Opera News App

 

 

Société / Enquête- Les offrandes sacrificielles sur la voie publique : sens et interprétations

De prime abord, « le sacrifice est l’action sacrée par excellence. Il déploie la variété de ses formes entre l’offrande, qui en est le plus bas degré, et le martyre, où le sacrifiant s’offre lui-même comme victime. Si l’on supprime le sacrifice, le culte perd sa fonction essentielle… » (Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales). Ainsi, les termes offrande et sacrifice renvoient aux dons apportés à Dieu ou à une divinité en guise de remerciement pour ses bienfaits passés et pour obtenir d’autres bénédictions.L’offrande sacrificielle

C’est, par définition, ‘’l’action sacrée par laquelle une personne, une communauté offre à la divinité, selon un certain rite, et pour se la concilier, une victime mise à mort (réellement ou symboliquement) ou des objets qu'elle abandonne ou brûle sur un autel.’’ (Synonyme : holocauste, immolation, oblation, offrande). Il y avait aussi l’offrande d’action de grâce.

Offrande d’action de grâce : ‘’L'action de grâce est, selon le lexique de la Conférence des évêques de France, « une attitude de reconnaissance envers Dieu » : l'homme « comblé de toutes sortes de bénédictions spirituelles dans le Christ » reconnaît de quel amour il est aimé de Dieu et l'en remercie’’. De fait, aux termes des saintes écritures, l’on offrait seulement sur l’autel sacrificatoire le sang et quelques parties de la victime lors des sacrifices d’actions de grâces. Les sacrifiants mangeaient le reste (1Sa 2 :12,7).Le choix des aliments au détriment des animaux

Les saintes écritures rapportent qu’à l’origine, « on n’offrait à Dieu que des choses servant également à la nourriture des hommes » même si les offrandes d’animaux furent de mise à un certain moment de l’histoire de l’humanité.

Il fut une époque en terre d’Eburnie où il était fréquent de voir entreposés, en plein centre d’une jonction de deux ou plusieurs routes bitumées ou non (carrefour), des victuailles dans un récipient (canari) ou à même le sol. En effet, du riz, du maïs, du mil, de l’arachide, des noix de cola, des œufs frais, des cornes, etc, accompagnés souvent de gris-gris et/ou de pièces de monnaie, tapissaient l’asphalte des routes de nos quartiers ou des embranchements de sentiers en zone rurale. En Afrique, Ces colifichets qui jonchent la chaussée et qui sont recommandés par un féticheur, un marabout, un sorcier ou un devin, meublent notre quotidien depuis toujours. En tout cas pour beaucoup, comme moi, dont l’enfance fut relativement marquée par ces scènes d’une étrangeté singulière, nous continuons de nous interroger aujourd’hui encore sur le sens de cette pratique. Il y a peu, l’artiste zouglou et membre du groupe musical Espoir 2000, Pat Sako, s’indignait dans la presse sur la présence de plus en plus fréquente de ces canaris sacrificatoires sur la voie publique. Au Burkina Faso en 2012, lefaso.net dénonçait cette pratique parce que « sources d’insalubrités » présentant « des risques sanitaires » pour les populations. Car pour ce portail d’information, il existe de réels risques sanitaires, mis à part le fait que ces « choses jetées dégagent très souvent des odeurs nauséabondes ». De plus, « jeter des ordures au beau milieu d’une chaussée, c’est exposer les usagers aux risques d’accidents » renchérissait-il.Quel est donc le sens de ces offrandes sacrificielles ?

Comme on peut aisément le deviner, la recherche du miracle d’acquérir un emploi, d’obtenir une nomination, de conquérir l’âme sœur, de conjurer un mauvais sort, pour ne citer que ces ambitions-là, explique une telle offrande.

Cela dit, rappelons que dans l’ancien Israël, il existe une conception fondamentale du sacrifice qui est le fait de faire un don à une divinité en guise, comme susmentionné, de remerciement pour sa bonté et pour des bénédictions futures. Et le sens évident des tout premiers sacrifices dont parle la Bible est qu’à cette époque il était inconcevable de se présenter devant L’Eternel les mains vides. Mais, ces sacrifices propitiatoires semblent avoir évolué négativement au fil des siècles. Aujourd’hui, Dieu n’est apparemment plus le seul visé par de tels sacrifices. D’autres entités invisibles entrent en ligne de compte, ce qui explique cette variété dans les offrandes faites. Et la "bêtise" est, de nos jours, poussée à son comble eu égard aux incessants sacrifices humains qui balafrent l’Afrique dans son ensemble et écœure le monde entier. En témoignent, les assassinats d’albinos et d’enfants à bas âges en Ouganda et au Gabon à des fins éminemment mystiques.

Aussi, le sens desdits sacrifices est-il à rechercher dans la place qu’occupe l’intersection de chemins ou routes dans la science dite occulte. Il s’agit là d’un symbolisme particulier que les adeptes des sciences du surnaturel et autres ordres mystiques ont seuls une connaissance ésotérique. Pourquoi le choix de la voie publique voire d’un carrefour ?

Disons-le tout de suite ! Ce choix d’un embranchement de deux ou plusieurs routes n’est pas fortuit. En effet, selon les mystiques et occultistes ‘’le carrefour est un lieu très sacré, une porte ouverte pour accéder aux mondes parallèles des esprits, ancêtres et génies… Un lieu de rencontre, des contrats, de marché avec l’invisible…’’ (facebook). Ainsi, en plus des offrandes sacrificielles, une recommandation mystique existe pour celui ou celle qui désire une assistance divine à l’effet de voir se résoudre un problème urgent. Le (ou la) candidat(e) au miracle, muni d’une noix de cola et d’une bouteille de vin de palme ou de bière, devra donc se tenir débout de bonheur le matin à ce croisement de chemins dans un endroit tranquille (champ, parc, forêt) et se livrer à un certain rituel.

In fine, l’on comprend que ces « sacrifices » sur la voie publique, au-delà de l’intérêt mystico-spirituel qu’ils peuvent susciter, revêtent un enjeu socio-environnemental important au regard des nuisances qui en découlent. Il s’agit donc là d’une problématique qui mérite toute l’attention des pouvoirs publics et des populations.

Content created and supplied by: A_Michel (via Opera News )

société

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires