Sign in
Download Opera News App

 

 

Sakia Marius (spiritualiste) : "Ado, Bédié et Gbagbo sont tous victimes…"

Ses enseignements sur la spiritualité n'ont jamais laissé indifférent. Président fondateur de l'école de la providence divine, Sakia Marius se distingue des autres œuvrant dans le même domaine que lui, par le réalisme de sa doctrine.

 

 

Muet depuis un certain temps pour des raisons qui lui sont propres, il a décidé de se prononcer sur un certain nombre d'événements spirituels, sociaux et politiques en Côte d'Ivoire.

 

L'école de la providence divine. Qu'est ce que c'est concrètement?

Il faut dire que l’école de la providence divine a été créée le 21 septembre 1999, pour permettre aux uns et aux autres d’approfondir les écrits sacrés. Que ces écrits soient d’origine ancienne ou Juive et autre, tout cela découle de l’égyptologie. Car c’est en Egypte que Socrate, Pythagore et bien d’autres savants sont venus apprendre et approfondir leurs connaissances. Quand on dit que le berceau de l’humanité c’est l’Afrique, ce n’est pas faux.

 

On nous dit même que les Egyptiens ont été en esclavage pendant plus de 40 ans. Tout cela leur a été bénéfique. Il faut aussi comprendre que le mot esclave n’a qu’un sens allégorique. Je pense donc que tout est parti de l’Afrique. L’école de la providence divine a eu cette chance de permettre aux uns et aux autres d’approfondir leur connaissance chrétienne ; bouddhique ou musulmane. Mais ici, nous ne parlons pas en termes de religiosité. Mais plutôt en termes de spiritualité.

 

Je vous donne un exemple : A l’église on vous dira que si vous volez, vous irez en enfer. Chez nous, on vous dira que si vous prenez 1000f qui n’est pas à vous, vous attendez à perdre 10 000f demain. C’est la loi de cause à effet. Et quand nous partons sur cette base, vous verrez qu’une femme enceinte qui vole pendant sa grossesse, accouchera d’un voleur. Et aucun exorciste ne pourra le délivrer. C’est important de le savoir. Dieu pardonne, mais la nature ne pardonne jamais. Un homme qui a fait couler le sang de son prochain verra son sang couler à son tour. Les exemples sont légions, inutile de les citer. Nous sommes donc obligés d’expliquer les lois de la nature, en particulier, celles de cause à effet. Si tu ne t’es pas occupé de ton père à un moment donné, tes enfants ne le feront pas à ton tour. En fait, parler de spiritualité c’est faire les mathématiques, l’algèbre de la foi. Comme on le dit. 1+1 donne 2, pas 3.

 

Mieux, nous disons également que c’est dans un corps sain que vie l’esprit saint. Celui qui n’a pas pris le soin de purifier son corps perd son temps. Ça ne sert à rien d’aller à l’église et une fois dehors on adopte les mêmes mauvaises habitudes. Les éléments de purification du corps existent. Il y a l'hysope, le ricin, le cèdre… pour ne citer que ces exemples ci. Aujourd’hui il est difficile de trouver, ne serait-ce que le cèdre, que le Liban garde jalousement car il est sacré, rare et très important.

 

Qui peut être membre de cette école spirituelle ?

L’école de la providence divine est l’organe de recrutement de l’ordre des béliers. Il faut le préciser. Elle donne des enseignements préliminaires pour ouvrir la conscience. Donner un aperçu de qui et comment est Dieu. D’où est ce que nous venons, quel est notre rôle sur cette terre et où allons-nous. Est-ce que le paradis ou l’enfer existe ?… Donc voici un peu ce que nous enseignons à l’école de la providence divine. Lorsque le néophyte a appris pourquoi il est sur cette terre, pourquoi il ne doit pas mentir…

 

 

 Il saura comment se comporter en société. C’est pourquoi je mets l’accent sur la connaissance spirituelle et initiatique. Ou la nature est au centre de nos enseignements. Si vous avez planté des graines d’arachide, ce sont les arachides qui vont pousser, c’est lorsque vous avez compris tout ça maintenant que vous êtes préparés à entrer au temple, à entrer en loge pour recevoir votre initiation en vue de commencer les grandes réflexions.

Selon vous justement quel peut être l’apport de l’école de la providence divine dans l’amélioration des conditions de vie d’une communauté ou d’une nation ?

Je vais être claire. Depuis 99 déjà sans vouloir vous dire que j’ai eu quand même la chance de côtoyer les hommes politiques. Mais en tant que spiritualiste, tu ne peux que donner des conseils, donner des orientations mais il appartient au législatif c’est-à-dire à l’homme d’état de poser les pas qu’il veut. Il faut dire que l’école de la providence divine a beaucoup apporté dans l’amélioration des conditions de vie en Côte d’Ivoire.

Aujourd’hui je suis heureux d’avoir eu à former des étudiants qui sont aujourd’hui des fonctionnaires, qui sont aujourd’hui à des postes de décisions mais qui tiennent comptent des enseignements reçus.

 

La majeure partie de ceux que j’ai formés jouent  un rôle tellement important que la corruption dans leur domaine n’existe pas. J’ai formé des médecins, des pharmaciens qui sont aujourd’hui rigoureux dans la manipulation des molécules.  J’ai formé des juristes qui sont rigoureux dans leur travail. Qui dit rigoureux dit aussi acquitter celui qui n’est pas coupable et j’en suis fier.

 

J’ai aujourd’hui formé des magistrats, des procureurs, des avocats qui font bien leur travail. Il est vrai que j’ai la chance d’avoir aidé beaucoup d'hommes qui sont dans la politique, qui gèrent notre pays à un certain niveau mais dont on entend parler positivement. J’ai aussi la chance d’être consultant à Radio Côte d’Ivoire, à Fréquence 2, à la Première chaîne et tout. Et un matin je me suis retrouvé interdit des antennes de la radio et de la télévision.

Cela était dû à quoi selon vous?

Parce que les thématiques que je développais gênaient puisqu’un jour je me souviens qu’en pleine émission de midi première, je parle du principe de la confession. Il ne s’agit pas pour nous de dire mon père j’ai péché ou pasteur j’ai péché et comme tu viens de le dire, tes péchés te seront pardonnés. Pour qu’il y ait pardon de péchés, il faut qu’il y ait restitution et réparation.

 

 

Quand j’ai fini de dire ça, j’ai été reçu à un haut niveau par quelqu’un dont je veux taire le nom. Quelques jours après on me dit que l’interdiction est venue de l’Elysée (Présidence de la République française, Ndlr). Je me suis dit que j’ai réussi, moi Sakia Marius être interdit des antennes à partir de l’Elysée, c’est-à-dire de la France par des dirigeants français, ça veut dire que j’ai réussi. Depuis 2011,  jusqu’à ce jour j’ai été interdit d’antennes. Dieu merci je ne parle plus sauf sur les réseaux sociaux. Mais tout ce que je dénonçais publiquement à travers la radio et la télévision, nous sommes en train de le vivre. Aujourd’hui l’ivoirien est dans une incertitude qui ne dit pas son nom.

Pour revenir à l’actualité de la Côte d’Ivoire, que fait l’école de la divine providence divine pour contribuer, de façon significative au processus de réconciliation nationale?

Mais que peut faire la providence divine si ce n’est de parler ? Nous ne faisons qu’exhorter les uns les autres aux principes de la nature parce que si vous savez déjà que si vous faite du mal à quelqu’un, ce mal vous sera fait et si vous faites du bien, ce bien vous sera fait soit à vous, soit à vos enfants, soit à vos petits-enfants. Quelqu’un qui passe son temps à militer pour que le bien soit fait et que le mal soit proscrit, que pouvez-vous reprocher à ce monsieur ?

 

 

 

Ça veut dire que je veux la paix et que nous puissions nous mettre ensemble pour construire notre nation. Je précise que pendant toute la crise je ne suis pas sorti de la Côte d’Ivoire, je suis resté chez moi ici à Anyama. Pour dire que j’étais en harmonie avec tout le monde. Un bon matin, des jeunes armés sont venus réquisitionner ma voiture.

 

Quand ils ont vu que c’était moi ils n’ont pas   touché à  ma voiture car ils disaient que j’étais un homme de vérité et qu’ils me suivaient pendant tout le temps de la crise depuis 2002,  jusqu’à ce jour et que j’étais resté toujours au centre sans prendre parti et qu’ils me respectaient pour cela. Jusqu’à ce jour, je suis toujours à Anyama et je n’ai jamais été inquiété. Vivre à Anyama pendant plus de 20 ans, et ne jamais avoir été inquiété, cela veut dire que tu as un comportement centriste. J’adore mon pays. C’est vrai,  j’ai eu à effectuer des voyages à l’extérieur mais pendant toute la crise de 2010,  je ne suis pas sorti. Je suis resté sur place et je remercie le bon Dieu pour cela.

En tant que spirituel, quelle lecture faites-vous de l’actualité politique en Côte d’Ivoire ?

Depuis 93, Henry Konan Bédié a assuré la succession, avant lui c’était le président Félix Houphouët Boigny qui a eu le malheur de monter un chantier pluriel si je peux le dire. La basilique de la Côte d’Ivoire qui devait révolutionner beaucoup de choses en Afrique. Et vous savez qu’il a y eu la conjoncture. C’est tout un système économique qui a plongé. La Côte d’Ivoire, qui entre temps avait prospéré dans le domaine des matières premières.

 

 

 Malheureusement nous n’avons pas cette force de pouvoir promouvoir les valeurs spirituelles et ancestrales dans un premier temps pour nous, pour la Côte d’Ivoire ou pour l’Afrique. Mieux, toutes les décisions sur notre éducation nationale arrivent en France. Le résultat est qu’aujourd’hui, on nous impose un certain nombre de choses. Moi je pense que nous devons demander des comptes à la France peut-être si nous en avons la force.

 Ce n’est pas risqué le fait de demander des comptes à la France ?

Non il n’y a pas de risque à cela parce que notre président actuel, nous devons le protéger. M. Alassane est venu avec des idées nobles, avec des intentions de développer son pays mais surtout de réconcilier les ivoiriens. La question que je me pose c’est qu’est ce qui n’a pas marché.

Propos recueillis par Patrick Méka

Content created and supplied by: PatrickMéka (via Opera News )

sakia marius spiritualiste

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires