Sign in
Download Opera News App

 

 

"Mon propre petit frère m'a proposé de gérer " bizi "" émouvant témoignage d'une vendeuse de jus

Le lundi 03 mai 2021, nous avons rencontrés A.C, une jeune commerçante âgée de 16 ans résidante dans la commune de marcory. Les conditions de vie familiale l'ont contraint à quitter les salles de classe pour faire du commerce et survenir à ses propres besoins. Face aux difficultés qu'ils traversent au quotidien A.C dit avoir été confronté à une proposition indécente de son jeune frère qu'elle n'oubliera jamais. Ce dernier lui a proposer de '' gérer bizi '' , c'est à dire de faire la prostituée pour avoir beaucoup d'argent.


Il est 14h30 minutes quand nous rencontrons la jeune commerçante de jus de fruits qui venait de renverser toute sa marchandise. Elle était peinée et s'est confiée à nous alors qu'on essayait de la consoler.

<< La situation à la maison n'est pas des plus plaisantes. On peine parfois à manger, et c'est pourquoi j'ai décidé de faire un petit commerce pour survenir à mes besoins de jeunes filles. Je vends des jus de fruits qui permettent tant bien que mal de faire face à nos besoins. Mais j'avoue que ce n'est pas toujours évident >> précise t'elle, le visage trahi laissant entrevoir toutes ses émotions.

<< A le dire, vous ne pouvez percevoir réellement notre condition de vie. Je vends tous les jours et je gagne presque 2500 Fcfa par jours, et c'est avec ça qu'on mange le lendemain et je mets 500 Fcfa par jour de côté pour moi-même. Là je viens de perdre beaucoup d'argent en reversant cette marchandise >> martèle t-elle toute peinée. Poursuivant, la jeune fille révéla << un jour, alors que je discutait avec mon petit frère de 14 ans, j'ai été surprise par sa proposition. Il m'a proposé d'intégrer un groupe de '' géreuses de bizi '' ( prostituées, ndlr ) pour avoir beaucoup d'argent par jour afin de changer notre condition de vie. Pour m' appâter, il m'a même fait savoir qu'il connait des jeunes filles qui gagneraient pas moins de 30 000 francs CFA par jour. J'étais choqué. Pas forcément pour moi même, mais pour ce petit enfant qui connaissait déjà de tels réseaux et qui ose regarder sa propre soeur aînée et lui proposer pareille chose. J'ai eu pitié pour mon petit frère, mais j'ai tout de suite accuser la pauvreté >> a-t-elle martelé le visage couvert de larmes chaudes.

Si elle reconnait avoir été tenté par la proposition indécente de son petit frère, A.C dit avoir décliné l'offre et préférer faire son commerce de jus de fruits afin de conserver sa dignité et son honneur malgré la pauvreté. << Je continuerai de vendre mes jus de fruits, et Dieu aidant, les choses vont s'améliorer >> a-t-elle conclu , se relevant pour retourner à la maison.


Bema Aboubacar...

Content created and supplied by: BemaAboubacarCoulibaly (via Opera News )

marcory

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires