Sign in
Download Opera News App

 

 

La malédiction de Toutânkhamon: On ne dérange pas le Pharaon dans son sommeil

La malédiction de Toutankhamon

Le succès de la légende est attribué à l'imagination d'Arthur Conan Doyle, créateur de Sherlock Holmes et écrivain de grande influence à son époque.


Le penseur scientifique Jorge Wagensberg a dit dans l'un de ses aphorismes que les lacunes dans les connaissances sont souvent des inondations de croyances solides. L'une de ces "croyances solides" est celle de la malédiction de Toutankhamon, selon laquelle toute personne qui s'approche de la tombe d'un pharaon égyptien est condamnée à mourir sous peu.


D'après le rapport de Futura science, tout a commencé lorsque, en novembre 1922, l'égyptologue Howard Carter a découvert la tombe de Toutankhamon dans la Vallée des Rois. À partir de ce moment, les personnes liées à la découverte ont commencé à mourir. Le cas le plus célèbre est celui de Lord Carnarvon, le mécène qui a financé les fouilles, qui est mort après avoir été piqué par un moustique sur la joue. Il semble qu'en se rasant, la plaie se soit infectée, ce qui a provoqué sa mort.

La mort de Carnarvon est suivie de celle de son frère, Aubrey Herbert, qui a assisté à la découverte de la momie. L'homme qui a porté le coup final au mur qui protégeait la chambre contenant le sarcophage n'a pas non plus été épargné. L'homme qui a radiographié la momie de Toutankhamon n'a pas non plus été épargné par la malédiction. On raconte que lors de l'autopsie, on a découvert que la momie avait une blessure sur la même joue que celle où Lord Carnarvon a été piqué par le moustique.


En bref, la croyance en la malédiction de Toutânkhamon est devenue de plus en plus forte, et les tabloïds de l'époque ont propagé la légende tout au long des années 1920, et elle a survécu jusqu'à nos jours. Le succès de cette croyance est attribué à l'imagination d'Arthur Conan Doyle, créateur de Sherlock Holmes, et écrivain de grande influence à son époque.

C'est en 2012 que la malédiction a frappé à nouveau. Un virus transmis aux humains par les dromadaires faisait lentement mais sûrement son chemin au Moyen-Orient. C'est une maladie semblable au SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère, signalé pour la première fois en Asie en 2003) qui fait des ravages, se propageant en Arabie saoudite et laissant des morts dans son sillage. Il s'agissait du MERS, causé par un coronavirus originaire des chauves-souris qui habitent les tombes égyptiennes. Une fois de plus, la légende maudite des momies pharaoniques prend de l'ampleur.

Le MERS (Middle East Respiratory Syndrome) est une maladie respiratoire virale causée par un coronavirus qui, pour être compris, est un cousin germain de celui qui nous met en alerte aujourd'hui. Cependant, la différence entre le covid-19 et le MERS réside dans la capacité à s'adapter à la transmission humaine. Alors que le MERS implique un contact intime, la covidie se transmet beaucoup plus facilement.


Tout cela pour dire qu'une croyance comme la malédiction de Toutankhamon, née dans les années 1920, n'a pas trouvé sa place dans notre siècle. Écartant les théories magiques, la recherche scientifique a conduit à la découverte du MERS et donc à celle de la chauve-souris comme réservoir naturel de la plupart des coronavirus existants.

Content created and supplied by: BlueCircle (via Opera News )

conan doyle howard carter jorge wagensberg lord carnarvon sherlock holmes

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires