Sign in
Download Opera News App

 

 

Regard sur les nuisances sonores dans la société

Est traduit par nuisances sonores, tout bruit ou vibration qui sont de nature à présenter des dangers, à causer un trouble excessif aux personnes et à nuire à la santé ou à porter atteinte à l’environnement.

Les nuisances sonores dans la nuit comme en pleine journée dérangent bon nombre de citoyens. Les tenanciers de bars et les responsables des églises sont souvent interpellés par les autorités. Des hauts parleurs diffusent à longueur de journée et de nuit des décibels qui troublent la quiétude des voisins. 

On dit souvent que votre liberté s’arrête aux portes où commencent celle des autres. Pour dire que tout est permis, du moment qu’on ne dérange pas autrui. Ou que l’intérêt du collectif prime sur l’intérêt individuel.

Parmi les nuisances qui portent atteinte à l’intégrité de l’homme, figure celles olfactives et sonores.

Si beaucoup de regards se tournent vers des bars, il y a aussi et surtout des églises dont les pasteurs confondent foi et vocifération. Et les Imams des mosquées. Ce n’est pas en élevant les décibels des hauts parleurs que les fidèles seront touchés par la foi que ces pasteurs et imams professent.Pour certains bars, ce sont les riverains qui maugréent, mais de peur des représailles, ces derniers ravalent leur colère et frustration et supportent le mal.

En ce qui concerne les bruits domestiques cela peut provenir : d’un individu : des cris ou des pas sur un plafond, d’un objet : un piano ou ou encore d’un animal. Oui, selon la loi, un maître est responsable des aboiements de son chien .

Nuisances sonores, visuelles ou olfactives, toutes portent atteintes au bien-être de l’humain. Et si nos autorités tiennent à faire œuvre utile, elle doit prendre en compte toutes ces formes de nuisances et aller plus loin en mettant à disposition des citoyens un numéro de préférence, ceci permettra aux riverains lanceurs d’alertes de prouver ce qu’ils dénoncent ce fléau .

En Côte d’Ivoire, une loi fixe les seuils de tolérance de ces bruits de voisinage. « La moyenne de valeur d’émission variera de trois décibels pour les zones les plus sensibles à six décibels pour les zones moins vulnérables », précisait le 12 octobre 2016 le ministre Bruno Koné, alors porte-parole du gouvernement. Au-delà, tout contrevenant s’expose à des mesures de sûreté.  

Selon un décret n°2016-791 du 12 octobre 2016 portant réglementation des émissions de bruits de voisinage, une mise en demeure sera servie à l’auteur des nuisances sonores, et le cas échéant, une saisie du matériel, source des nuisances sera faite afin de faire cesser ce trouble.

En ses articles 11 et 12, ce décret stipule que : « Article 11- Aucun bruit ne doit, par sa durée, sa répétition ou son intensité et sa vibration, porter atteinte à la tranquillité du voisinage ou à la santé de l’homme, dans un lieu public ou privé, qu’une personne en soit elle-même à l’origine ou que ce soit par l’intermédiaire d’une personne ou d’une chose dont elle a la garde ou d’un animal placé sous sa responsabilité....


 

Content created and supplied by: Petitpimentwemedia (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires