Sign in
Download Opera News App

 

 

Médicaments de la rue: mais que fait l'Etat?

Aujourd'hui, si vous vous rendez dans n'importe quel marché ou à n'importe quel grand carrefour de la ville d'Abidjan, vous trouverez toujours une dame ou une jeune fille assise à côté d'un étal en train de vendre des médicaments comme une vraie officine de pharmacie. Et cela au vu et au su de tous comme si cette activité était tout à fait légale.

Loin de moi, l'idée de jeter l'opprobre sur une catégorie de personnes du secteur informel qui pensent à tort que leur salut financier vient forcément de là. Il s'agit là d'un réel problème de santé qui mérite notre totale attention. En effet, vous verrez que la plupart de ces vendeuses sont analphabètes ou semi-lettrées. Alors, comment des personnes qui ne savent ni lire ni écrire peuvent-elles orienter convenablement un malade qui vient honorer une ordonnance médicale avec elles? Pire, quelle posologie lui donneront-elles et pour quelles conséquences?

Il faut savoir que l'automédication quoiqu'on dise est très pratiquée dans notre pays eu égard à la pauvreté qui frappe bon nombre de foyers donc ces vendeuses ont pignon sur rue à telle enseigne que leur étal ne se désemplit jamais. Elles sont sollicitées par des personnes de tout âge, de toute couche sociale à tout moment qui pour acheter du paracétamol, des antalgiques qui pour acheter des doses injectables ou des médicaments fébrifuges. Alors, on est à se demander qui peut bien les approvisionner au point où ces pharmaciennes de fortune ont en leur possession des médicaments que certaines pharmacies ont du mal à se procurer.

In fine, on constate que c'est un réseau bien huilé qui profite probablement à des personnes haut placées qui ont des relations avec des grandes maisons de livraison de médicaments et quelques pharmacies complices. L'autre raison de cette situation peut provenir de la porosité de nos frontières qui peut occasionner l'entrée frauduleuse de ces médicaments sur notre sol à partir des pays de la sous-région. Nous le disons, car ces médicaments ne sauraient tomber du ciel.

Dès lors, si nos autorités se soucient vraiment de la santé des ivoiriens, elles doivent prendre le taureau par les cornes en débarrassant nos marchés et nos rues de toutes ces pharmacies à ciel ouvert pour le bien-être de tous parce qu'il ne sert à rien de faire des campagnes de sensibilisation contre l'achat et l'utilisation des médicaments de rue et laisse prospérer ce commerce. N'oublions surtout pas que les médicaments de la rue peuvent s'avérer létaux donc chères autorités, tuez en vous la négligence et la complaisance afin de prendre des décisions courageuses et salvatrices face à ce phénomène. La population vous en saura gré.

Yves_Martial

Content created and supplied by: Yves_Martial (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires