Sign in
Download Opera News App

 

 

Rumeur d’agression d’Ivoiriens par des Nigériens : Abobo, Adjamé, Anyama, Yopougon ... en ébullition


La commune d’Abobo a été en proie, le mercredi 19 mai 2021, à des scènes de pillage et d’affrontements entre des jeunes gens et des commerçants d’origine nigérienne. Les voies d’entrée de la commune la plus peuplée en Côte d’Ivoire étaient occupées par des hordes de jeunes, en colère et armés de gourdins et certains d’objets contondants. Chasses à l’homme, courses-poursuites entre les forces de l’ordre déployées à tous les points névralgiques ont rythmé la vie quotidienne des Abobolais. 

C’est avec professionnalisme que les forces sécuritaires ont réussi à contenir les manifestants dont certains ont même pu être interpellés. Outre des vols de biens et d’affrontements qui heureusement n’ont pas débouché, à en croire des sources sécuritaires, sur des homicides, la dispersion violente à coups de gaz lacrymogène a permis de rétablir l’ordre dans les foyers de tensions.

Certains ressortissants nigériens ont réussi à se réfugier dans des commissariats de police avec leurs marchandises.

La même rumeur relative à une agression d’Ivoiriens par des Nigériens, alors que cette information est erronée, a également gagné la commune de Yopougon. Principalement au quartier Sable, au carrefour Zone et non loin du tribunal. Heureusement, la rapidité du déploiement des forces de sécurité à des endroits névralgiques a permis de maîtriser la situation qui n’a pas dégénéré. Cependant, l’on fait état de l'existence de cordons de sécurité autour des lieux de refuge des ressortissants nigériens.

Les communes d'Anyama, Adjamé... n'ont pas été épargnées par ces manifestations d'humeur. En tout cas, Abidjan a vécu une tension entretenue par la rumeur qui pouvait créer des déflagrations au plan social.

Le ministre de la Sécurité, le général Vagondo, est passé, dans la soirée, à la télévision, précisément au journal télévisé de 20h de la chaîne 1 de la Radiodiffusion Télévision ivoirienne (RTI), pour calmer les esprits et restituer la vérité des faits, mais aussi dresser le bilan des dégâts de la journée, tout en promettant des poursuites contre les personnes qui ont diffusé la vidéo qui a mis le feu aux poudres.

Marc-André Latta

 

 

Content created and supplied by: RogerLevry (via Opera News )

ivoiriens

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires