Sign in
Download Opera News App

 

 

Découvrez ces 4 leaders africains ayant eu affaire à la justice international

1.Charles Taylor


C'est le premier chef d'Etat à avoir eu affaire à la justice internationale. " Il a tué mon père, il a tué ma mère. Je vais voter pour lui" tel était son slogan de campagne présidentielle.

L'ex-seigneur de guerre et ex-président du Liberia a été impliqué dans la guerre civile dans son pays et en Sierra Leone à été jugé à la Haye par un Tribunal spécial pour des raisons de sécurité. Accusé notamment de  crimes contre l'humanité et crimes de guerre, il a été reconnu coupable de tous les 11 chefs d'accusations qui pesaient contre lui et a été condamné En 2012 à 50 ans de prison. Il purge sa peine dans une prison britannique.

2.Laurent Gbagbo

C'est le premier chef d'Etat africains à avoir été jugé par la Cour Pénale Internationale. Laurent Gbagbo a été arrêté le 11 avril 2011 à Abidjan après plusieurs mois de violence post-électorale. Il est transféré à la Cour Pénale Internationale le 30 novembre 2011.

Devant faire face à quatre chefs d'accusation survenues à l'occasion de la crise post-électorale à savoir de crimes contre l'humanité à raison de meurtres, de viols et d'autres violences sexuelles, d'actes de persécution et d'autres actes inhumain. Finalement , il est acquitté par la Chambre d'Appel de la CPI au terme de dix années de procédure.

3.Jean-Pierre Bemba

C'est le plus haut responsable africain à avoir été condamné par la CPI. L'ex-vice président de la République Démocratique du Congo a été arrêté à Bruxelles le 24 mai 2008 suite à un mandat d'arrêt lancé par la CPI. Transféré à la Haye, siège de la CPI, le 3 juillet 2008, il doit faire face à plusieurs d'accusations notamment de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité commis lors des nombreuses incursions de ses troupes en Centrafrique.

D'abord condamné à 18 ans de réclusion par la CPI, il sera ensuite acquitté en appel le 8 juin 2018. Toutefois, il a été condamné à douze mois de prison par la CPI dans une affaire de subornation de témoins.

4.Uhuru Kenyatta

C'est le premier chef d'Etat en exercice à comparaitre devant la CPI. Le président kenyan était poursuivi pour crimes contre l'humanité pour les violences commises après l'élection présidentielle de décembre 2007.

Toutefois, le 5 décembre 2014, la CPI abandonnera les poursuites contre lui pour manque de preuves. Précisons que Uhuru Kenyatta avait comparu de lui-même et en homme libre le 7 octobre 2014 devant les juges de la CPI.

Content created and supplied by: Kouiti (via Opera News )

laurent gbagbo liberia

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires