Sign in
Download Opera News App

 

 

Adiaké : il brule son enfant pour une affaire de vol de poisson dans la sauce

La maltraitance des enfants est un problème qui a de graves conséquences, à vie, pour ceux qui en sont victimes. C'est ce que les papas et mamans et plusieurs personnes ignorent en portant des traitements de choc sur leurs progénitures.

C'est triste et déplorable cette scène qui s'est passée à Dadiekro dans la sous-préfecture de Adiaké, le jeudi 8 avril dernier. La main droite et le front du jeune Kouao Koffi André 8 ans en classe de CP2 ont été brûlés par son père. Pourquoi en sommes-nous arrivés là ?

Selon les informations recueillies, le père du jeune Koffi kouao l'a accusé d'avoir volé du poisson dans la sauce. Pour donc infliger une correction au petit kouao, son géniteur a préféré faire usage du feu de gaz en lieu et place de celui de la chicot. Il faut signaler que l'enfant doit son salut aux voisins, ce jour-là. Nulle n'a été leur intervention, l'on se demandait que seraient devenues les mains de l'enfant ?

<<Après avoir allumé la bouteille de gaz et le père a placé dans premier temps la main droite de l'enfant sur la flamme. Voulant mettre la main gauche sur le feu, les cris de pleurs ont alerté les voisins qui sont intervenus pour le tirer de sa souffrance>>, nous relate une source du village.

Avait-il besoin de procéder de cette manière pour donner une correction à un enfant ? Mesurons nous les conséquences d'un traitement dur porté aux enfants ? L'Etat doit agir.

Il faut le dire, le cas du petit kouao n'est pas un cas isolé. C'est un phénomène qui récurent dans nos village, villes.

Pour rappel, en janvier 2020, un certain tradipraticien du non de Traoré Lancina, après avoir fait venir son neveu de son Mali natal, lui a fait subir un traitement de choc, avec la complicité de son épouse. Tous deux avaient accusé le brillant élève de CE2 d’avoir volé l’intelligence de leurs enfants. Comme tout est bien qui finit bien, les autorités policières de la commune se sont saisies de l'affaire et ils ont été mis à la disposition des services compétents.

Que les autorités et les organisations non gouvernementales se penchent aussi sur le cas du petit Kouao, afin que la maltraitance des enfants prenne fin sous nos tropiques.

Que Dieu protège nos enfants !

Armando Le Grand

Content created and supplied by: Cyclone225 (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires