Sign in
Download Opera News App

 

 

Crise postélectorale de 2010-2011: Gbagbo exposé à de nouvelles poursuites en cas "d'aveux" ?

Le sort judiciaire de l’ex chef d’état Ivoirien, Laurent Gbagbo dépend essentiellement de lui-même. Là-dessus, le gouvernement à travers son porte-parole, le ministre de la communication, Amadou Coulibaly l’a clairement signifié ce Mercredi 1er Décembre à l’issue du conseil des ministres, hebdomadaire.

En réaction aux réclamations du président-fondateur du Parti des Peuples Africains-Côte d’Ivoire (PPA-CI) qui persiste dans son plaidoyer en faveur de la libération des prisonniers militaire du conflit de 2010-2011, Amadou Coulibaly s’est voulu catégorique : ‘’Ceci étant, si tant il est que ses nuits sont troublées, il peut faciliter le travail de la justice en se rendant lui-même à la justice et en avouant, en reconnaissant sa responsabilité. Ça, ce serait un comportement de Woody. Mais il n’est pas bien de vouloir exploiter l’émotion et la naïveté de ses partisans pour blanchir sa conscience. C’est moralement malsain. Les faits sont là, ils sont poursuivis pour des crimes de sang. S’il sent qu’il a une quelconque responsabilité, qu’il facilite le travail de la justice en allant se rendre’’.

‘’En allant se rendre’’ ??? Le collaborateur d’Alassane Ouattara ne s’arrête pas là. Il ira même jusqu’à réveiller les soupçons sur un possible lien entre les actes posés par ces soldats détenus et l’ex président de la république. Car, soutient-t-il, ‘’M Gbagbo doit le savoir, lui qui a une batterie d'avocats internationaux avec lui, la responsabilité est personnelle. Ces individus sont poursuivis pour des crimes qu'ils ont commis eux-mêmes. M Gbagbo doit également savoir qu'en matière pénale, l’aveu est la reine des preuves. Est-ce que la récurrence de cette interrogation est une forme d'aveu ? M Gbagbo est-il en train de nous dire que c'est lui qui a donné les instructions ? Si tel est le cas, cela pourrait intéresser la justice parce qu'il ouvre la voie à une autre procédure à partir du moment où l’aveu est la reine des preuves’’.

De prime abord, les déclarations d’Amadou Coulibaly sont ambages. Pour l’heure, Laurent Gbagbo acquitté par la justice internationale dans son procès pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité peut vaquer sereinement à ses occupations. Sauf que cette liberté, peut-t-on déduire des propos du porte-parole du gouvernement, pourrait être remise en cause dans le cadre d’une ‘’autre procédure judiciaire’’, si d’éventuels aveux du fondateur du PPA-CI venaient à confirmer son implication directe dans les faits reprochés à ces soldats incarcérés.

En tout cas, Amadou Coulibaly subodore à travers ce plaidoyer insistant de Laurent Gbagbo, ‘’une forme d’aveu’’ qui pourrait faciliter et ‘’intéresser la justice’’ pour la mise en branle d’une nouvelle procédure.

Raoul Mobio

 

 

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

Amadou Coulibaly Laurent Gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires