Sign in
Download Opera News App

 

 

Port prolongé des collants : Le Pr Guessan Koffi, agrégé de gynécologie met en garde les femmes

Le port de collant de façon prolongée et permanente peut être source de maladies chez la femme, notamment des infections à mycoses. Surtout dans les pays comme la Côte d’Ivoire où le climat est déjà chaud et humide.

Une habitude préjudiciable à la santé

Le Pr N'Guessan Koffi Léon Pacôme, agrégé de gynécologie (Photos: T. Sinzé)

 Le collant est devenu un grand classique chez la gent féminine. Enfants, adolescents, femmes d’âge mûr, chacune y va de son collant. Il y en a de toutes les tailles et de toutes les couleurs. Le professeur N’Guessan Koffi Léon Pacôme, agrégé de gynécologie (Chu de Cocody) qui connait bien le milieu des femmes du fait de sa profession révèle que pratiquement toutes les femmes à Abidjan et ailleurs portent ce sous-vêtement qui leur donnent un sentiment de sécurité face à d’éventuelles agressions sexuelles. Certaines femmes, les commerçantes surtout qui travaillent dans les marchés, à la place du collant, portent même des culottes en jeans pour la raison évoquée et pour y dissimuler leurs gains.

Le spécialiste en gynécologie tient cependant à avertir, le collant peut être source de prolifération de germes ou de champignons microscopiques nuisibles à la santé sexuelle de la femme. Il explique : la santé de l’intimité de la femme dépend de l’équilibre de sa flore. « Il est classique qu’un certain nombre de germes puisse pulluler avec le manque d’oxygène. Partant de ce postulat, parce que certains collants ne permettent pas l’aération de la vulve et du vagin de la femme, ils peuvent favoriser la multiplication des agents pathogènes » explique le Pr N’Guessan.

L'excès nuit toujours!

Pour le Pr N'Guessan, les parties intimes de la femme doivent être éarées

Aussi, l’expert en gynécologie conseil-t-il, premièrement que ces collants soient faits de coton léger permettant une bonne aération de cette zone sensible de la femme. Si la matière de ce sous-vêtement féminin est en matière synthétique, en nylon très étanche par exemple, il empêchera cette aération. Il préconise par conséquent que la matière de base, en tous les cas, soit très légère. Ainsi, le collant ne doit pas opérer une obstruction hermétique des parties intimes de la femme. En second lieu, le Pr N’Guessan déconseille un port trop prolongé et récurrent du collant. Il demande aux femmes de se séparer de ce vêtement fétiche autant qu’il n’est pas nécessaire. C’est le cas quand la femme est à la maison ou de sortie en groupe où tout risque de viol est exclu.

Les mêmes conseils du Pr N’Guessan sont valables pour tout vêtement qui empêche de manière prolongée, l’aération des parties intimes de la femme. Des vêtements comme les jeans serrés que certaines jeunes filles ou des femmes adultes portent quasi-permanemment. Pour le gynécologue, le climat chaud dans lequel nous baignons en permanence est déjà un facteur de multiplication des germes et des mycoses pathogènes. Ce qui explique, à l’en croire que les Européennes et les femmes d’autres contrés vivant de longues dates dans des pays froids n’ont pas les mêmes problèmes de mycoses que celles des pays chauds d’Afrique, notamment.

Théodore Sinzé

 

 

Content created and supplied by: ThéodoreKoffiSinzé (via Opera News )

pacôme pr guessan koffi

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires