Sign in
Download Opera News App

 

 

Est-il normal que certains agents de sécurité privée ou vigiles portent des armes à feu ?

Dans un précédent article, il a été mentionné que les activités des entreprises privées de sécurité étaient carrément distinctes de celles des forces de la police et de la gendarmerie nationales ; et leurs personnels ne disposaient d’aucune puissance publique dans l’exercice de leurs fonctions. La préoccupation que nous soulevons dans cet article concerne en fait l’équipement des agents de la sécurité privée, à savoir les vigiles. Si, comme il a été signifié, leurs fonctions sont absolument distinctes de celles des forces régaliennes, est-il normal que ces vigiles soient parfois équipés d’armes à feu ? Avant de répondre à cette interrogation, notons bien, quand on parle de vigiles, on fait référence aux agents des entreprises privées de gardiennage.

Cela dit, logiquement, la réponse est "non", puisqu’en Côte d’Ivoire, ils ne disposent que de pouvoir reconnu par la loi à un simple citoyen qui surprend un voleur sur le fait. Leurs pouvoirs juridiques ne sont que l’obligation d’assistance et de secours aux personnes en danger selon l’article 352 du Code pénal et la légitime défense dans le cas de crime flagrant et de délit flagrant selon les articles 100 et 101 du Code pénal ivoirien. De ce fait, ils ne peuvent porter d’arme à feu puisqu’un simple citoyen ne peut porter d’arme à feu, à moins qu’il possède un permis de port d’arme.

L’arrêté N°148/MS/CAB du 02 Février 2007 portant fixation des modalités d’utilisation des armes à feu et des grenades dans le cadre des activités de garde rapprochée et de transport de fonds, apporte des réponses claires à notre préoccupation. En effet, l’utilisation des armes à feu sous condition est réservée aux activités de transport de fonds et de garde rapprochée, selon les articles 30 et 31 du texte sus-cité. Et là encore, le présent arrêté s’inscrit dans les dispositions du Code pénal, en ce sens que l’usage même d’armes à feu par les agents d’entreprises de sécurité dans le cadre des activités de garde rapprochée et de transport de fonds, n’est autorisé que dans le cas de la légitime défense.

THE BEST OF THE BEST

 

 

Content created and supplied by: thebestofthebest (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires