Sign in
Download Opera News App

 

 

Après 6 ans que l'avion a été détruit, des conversations téléphoniques viennent tout révéler

Le 17 juillet 2014, le Boeing 777-200ER assurant le vol 17 de Malaysia Airlines (code AITA : MH17) reliant Amsterdam à Kuala Lumpur est abattu en vol dans la région de Donetsk, dans l'est de l'Ukraine, où un conflit armé est alors en cours mais sans que le survol soit interdit aux avions civils. L'accident ne laisse aucun survivant parmi les 283 passagers et 15 membres de l'équipage de l'avion.

Les enregistrements liés à la destruction du MH17 rendus publics aux Pays-Bas

Le programme télévisé néerlandais Nieuwsuur a obtenu les écoutes réalisées par renseignement ukrainien de l'un des principaux suspects dans l'attaque du MH17 en 2014.

Les conversations téléphoniques de Sergei Dubinsky

Le programme télévisé néerlandais Nieuwsuur s'est procuré les enregistrements audios de Sergei Dubinsky, l'un des principaux suspects dans l'attaque contre le MH17. Au moment de l'attaque, qui avait fait 298 morts, Sergei Dubinsky dirigeait le renseignement militaire de la "République populaire de Donetsk". Ses enregistrements, qui couvrent juillet et août 2014, ont été faits avant, pendant, et après l'attaque. Les conversations téléphoniques de Dubinsky avaient été interceptées par le SBU, le service ukrainien de sécurité intérieure.

Contrôle russe

Il ressort des enregistrements que Dubinsky avait échangé avec ses interlocuteurs, dont Igor Strelkov, sur l'utilisation du système anti-aérien russe 9K37 BUK (SA-17) le jour même de l'attaque. Selon les autorités néerlandaises, c'est un système analogue qui aurait été utilisé pour abattre le MH17. Dubinsky était responsable du convoi qui a amené le système SA-17 depuis la frontière russe. Il ressort également des conversations de Sergey Dubinsky que les chefs sécessionnistes étaient en contact avec Moscou, et notamment le FSB (service russe de sécurité intérieure). Rien de vraiment surprenant donc au regard des éléments apportés par les data-journalistes de Bellingcat quelques semaines après l'attaque. D'autant qu'ils avaient identifié, parmi les contacts des insurgés, le général Andrey Burlak, premier adjoint au directeur du Service des Garde-Frontières du FSB. 

Réponse fiscale de Moscou

La réponse de Moscou suite aux accusations néerlandaises, et au procès concernant l'attaque du MH-17 qui est actuellement en cours, sera fiscale. Publié le 12 avril, l'arrêté gouvernemental 565 signé le 9 avril dernier dénonce la convention fiscale conclue en 1996 entre la Russie et les Pays-Bas pour éviter la double imposition. Le texte a été envoyé à la Douma, qui doit voter la dératification du texte.

Abonnez-vous et partagez

Content created and supplied by: Nutritionniste (via Opera News )

boeing 777-200er donetsk kuala lumpur malaysia airlines mh17

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires