Sign in
Download Opera News App

 

 

Emeutes à Abengourou : une folle rumeur crée la zizanie dans la ville, voici toute l'histoire

La journée nationale de la paix de ce lundi 15 novembre 2021 n'a pas été célèbrée comme elle se doit dans la belle cité d'Abengourou, Chef-lieu de la région de l'indénié Djuablin. Et pour cause , une rumeur folle a créé un désordre dans la ville notamment la fermeture des voies, des jets de lacrymogènes et des affrontements avec les forces de l'ordre. Voici ce qui s'est passé.


Tout part d'un contrôle de police qui a mal tourné. En effet, à Abengourou (est du pays) la police effectue des contrôles réguliers pour traquer les usagers de motos, qui ne sont pas en règle dans leurs pièces.

Un d'entre eux à voulu éviter ce contrôle ce lundi 15 novembre 2021. Se sachant certainement en faute, ou pour une raison qui lui est propre, ce dernier se met à faire demi tour avec sa moto pour éviter de se faire prendre. Dès lors s'engage une course poursuite avec les policiers. C'est au cours de cette course poursuite que l'usager fautif fera un accident avec un autre véhicule. L'homme est blessé mais en vie.

Ce sont les pompiers civils de la ville qui iront récupérer le blessé.

Aussitôt, une folle rumeur fait croire aux habitants de la ville que le jeune serait mort au cours de la course poursuite.

Cette situation va enclencher un déferlement de colère des jeunes de la ville. Aux dires des témoins, de nombreux jeunes gens s'en sont pris aux forces de l'ordre pour manifester leurs colères. Les rues sont ensuite barricadées. Les accès à la ville également.

Pour freiner les émeutiers dans leur élan de mettre le feu au commissariat du 2e arrondissement, les forces de sécurité ont eu recours au gaz lacrymogène pour disperser les manifestants. Cette situation a créé un vent de panique dans la ville.

Le motocycliste en question d'où est partie toute l'affaire est bel et bien vivant selon L'ONPC. Il est seulement blessé et a été pris en charge par le commandant Coulibaly Inza, responsable des pompiers civils et ses hommes.

C'est donc une rumeur qui serait à l'origine de cette manifestation de colère des jeunes de la ville en ce jour symbolique de la célébration de la paix. Les rumeurs sont les moteurs de la guerre. Il faut les combattre activement par la communication pour éviter des drames éventuels.

Source : GROUPE Facebook Abengourou je t'aime

Témoins sur place.

JMDinfos

Content created and supplied by: JMDinfos (via Opera News )

abengourou

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires