Sign in
Download Opera News App

 

 

Côte d'Ivoire: crime crapuleux dans la commune d'Arrah, laisser les enquêtes se faire

Découverte macabre à Arrah, que les rumeurs se taisent et laissent les enquêtes se faire et surtout, éviter d’enterrer les enfants avant que celles-ci ne commencent. Le samedi 16 mai 21, un drame s’est déroulé dans des conditions confuses, lugubres et suspectes à Arrah, où deux gamins de 4 ans ont été découverts morts dans une voiture et si rien n’a encore commencé que les rumeurs faisant état d’un homicide volontaire, s’estompent.

Le dimanche 17 mai 21, deux enfants de 4 ans ont été découverts morts dans des conditions qui nécessitent une enquête très approfondie et professionnelle pour trouver les causes et si possible, démasquer ces tueurs devenus des loups revenus dans la cité et qui vont inquiéter les populations.

Il ressort qu’une voiture trois portières est garée non loin du domicile des défunts dénommés Emmanuel. C’est à l’intérieur de celle-ci qu’on a retrouvé les enfants sans vie. Alors à ce stade, ce sont des interrogations qui nourrissent les causeries. A qui appartient cette voiture, comment et pourquoi les portières n’étaient-elles pas verrouillées ? Une voiture en stationnement, le conducteur ne laisse jamais les portières sans les condamner. Les enfants ont 4 ans, comment ont-ils réussi à ouvrir les portières et s’enfermer et ne pas pouvoir en ressortir jusqu’à ce que mort s’ensuive ? 

N’étant pas loin du domicile, pourquoi les cris d’étouffement n’ont pas pu atteindre les voisins pour qu’ils succombent ? A 4 ans, comment ils ont réussi à se déshabiller avant de rendre l’âme ? Les deux corps sans vie, ont été découverts enfermés dans la voiture nus et un seul portait ses chaussures.

Pour cette fois, il ne faut pas se précipiter à aller au cimetière pour les inhumer sans qu’une autopsie ne soit pratiquée par ne serait-ce deux médecins légistes, sans influence, ni de les corrompre pour donner de faux diagnostics, de faux résultats.

Arrah n’est pas à son premier constat et il faut tout faire pour mettre aux arrêts ces auteurs criminels qui tuent sans foi ni loi et qui sèment la terreur dans la cité.

C’est pourquoi, il faut une condamnation ferme et publique des autorités politiques de la région et qu’elles s’impliquent de manière neutre à ne pas influencer les enquêteurs. C’est un drame et ce n’est pas des morts naturels, alors il faut arrêter le folklore qui consiste à envoyer des délégations avec des présents pour amadouer les parents des victimes.

Il faut que devant tout le monde, la population voit que pour cette fois-ci les données changent pour prendre une autre tournure avec la présence de la police criminelle et de la gendarmerie dont on connaît l’efficacité dans ces genres de drames suspects.

Il ne faut pas laisser passer sous le silence par des contacts voilés de délégations pour noyer le but final. Le loup est revenu dans la bergerie et le scénario qui consiste à éliminer les enfants pour des buts inavoués, a repris. Qui sont les assassins et qui en sont les commanditaires ? Ces criminels doivent être arrêtés et la ville doit pouvoir compter sur la présence des forces en nombre suffisant qui logiquement, doivent répondre aux règles de sécurité. La disparition et les enlèvements des enfants doivent prendre fin. En quoi la cité doit-être le théâtre de ces crimes ?

Inutile de vouloir supputer. On annonce une marche blanche le vendredi prochain, mais quelque soit ce que ferait la population, les enquêteurs qui seront commis ne doivent pas se laisser intimider, influencer ou corrompre par qui que ce soit. La vigilance doit-être de mise et nos équipes sont sur le terrain pour nous faire remonter ce qui se passera.

                                                                       Joël ETTIEN

Content created and supplied by: BusinessActuality (via Opera News )

côte d'ivoire

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires