Sign in
Download Opera News App

 

 

2 "gnambros" de Yopougon frappent un chauffeur ayant refusé de payer leur droit, la suite est fatale


K. Joël, et Z. Joël, des homonymes nés curieusement tous les deux en juin 2000, exercent le même métier sur un trottoir près de la pharmacie Moayé de Yopougon : ils sont syndicalistes, cette activité consistant à charger les transports en commun moyennant une taxe que doit payer le chauffeur.


Le 20 Mars 2021, les deux Joël, nos deux ivoiriens âgés de 20 ans, ont exercé une violence sur Brahima, un chauffeur de wôrôwôrô, parce que ce dernier a refusé de leur verser de l'argent.


Après une plainte du chauffeur, les deux syndicalistes ont été arrêtés. Ils sont passés en jugement au tribunal de Yopougon ce vendredi 26 Mars 2021 à 14 heures.

- Quel métier faites-vous ? leur a demandé la présidente du jury.

- Nous sommes gnanbros.


À la question de savoir ce qui leur a pris pour exercer des violences sur Brahima, ils ont dit que le chauffeur a chargé son véhicule sur leur territoire en refusant de payer leur droit. Ce qu'ils appellent territoire est en réalité un carrefour, une voie publique. La présidente du jury a rétorqué :

- Seul l'État peut exiger une paie de taxe. C'est une infraction d'exiger à un chauffeur de payer une taxe et de le frapper à son refus. C'est une extorsion de fond, c'est du racket. Savez-vous que la voie publique appartient à l'État ? Pourquoi vous en faites votre propriété pour racketter ?

- ...

- Vous travaillez pour qui ?

- On travaille pour Le gros.

- En plus vous ne savez même pas comment s'appelle votre patron ? Il vous paie combien ?

- 5.000 francs par jour.


La procureure a demandé 2 ans de prison pour les prévenus. Le tribunal les a condamnés finalement à 6 mois d'emprisonnement et à 100.000 francs d'amende.


Ces syndicalistes ou encore gnanbros qui violentent les chauffeurs comme c'est récurrent chaque jour devront savoir qu'en agissant ainsi, ils flirtent avec la prison. Dehors, on est confiant, on fait confiance à ses muscles, à sa force, mais devant un juge on devient tout frêle, petit, comme un bébé. C'était tout de même drôle de voir ces gnanbros de nature acariâtre s'exprimer devant le juge comme s'ils étaient les hommes les plus polis de la terre...


Louis-César BANCÉ



Content created and supplied by: LouisCésarBANCE (via Opera News )

yopougon

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires