Sign in
Download Opera News App

 

 

Korhogo : une fille de 15 ans prise dans une tentative d'arnaque !

Lorsque les arnaqueurs innovent dans leur entreprise noire, de nouvelles personnes s'ajoutent à la liste de leurs victimes.

Une petite fille de 16 ans environ vient de défrayer les conversations locales, ce vendredi 26 mars au quartier Koko. A l'heure de la prière du vendredi, la fille que nous nommons par C. F, s'invite comme une cliente ordinaire dans une agence de Mobile Money du quartier. Et selon le récit d'une des deux gérantes de la boîte , elle demandait à faire un retrait d'un montant de 250 000 francs. Sous l'œil vigilant de la gérante que nous appelons pour plus de précaution Fat, l'opération suivait son cours tranquillement jusqu'à l'étape de la rubrique "confirmation".

Et là-dessus, Fat qui avait d'abord remarqué que la fille, C.F n'avait ni sac à main, ni poche pour y mettre les 250 000 constate que sa jeune cliente peinait clairement à effectuer la simple confirmation de la transaction.

En ce moment, la seconde gérante se met alors à envahir la petite de questions. Elle finit par dire que c'est en fait sa tante qui lui aurait demandé les services, étant dans un petit village et qui avait besoin urgemment de réaliser les dites transactions. Elle , la gérante, s'agace du fait que les opérations à distance, étaient dûment interdites dans leur agence comme s'était écrit au mur de l'entreprise.

C'est au cours de cette altercation avec la cliente qui devenait de plus en plus bizarre, qu'enfin le message de confirmation tant attendu leur parvient. Et c'était en réalité le copier coller d'un message classique des sociétés de téléphonies opérant en Côte d'Ivoire.

Mais à un détail près, au lieu de Mobile Money, une erreur fatale pour l'arnaqueur opérant à distance lui fait écrire :"mobir money".

Très vite , les responsables de l'agence vont faire preuve d'un sang froid incroyable, lorsqu'elles disent à la cliente, que le message de confirmation est venu, et qu'elle doit s'asseoir le temps de compter son dû ,250000.

Une fois la confiance établie, l'alerte est donc lancée de façon que celle qui attendait les 250000 ne se rende compte de rien.

Quand M C C , le propriétaire de l'agence débarqua, la fille confuse sur les faits s'étonne et commence alors à faire le récit véritable de cette arnaque. Face à l'étonnement des habitants et la Police, arrivée aussitôt, elle dit avoir été envoyée par un ami qu'elle aurait connu sur Facebook. Et qui lui donnait les instructions. Elle avoua ,que c'est ce dernier qui choisissait les agences dans lesquelles elle devrait opérer , surtout qu'elle avait son petit gain sur chacune des opérations frauduleuses.

Après l'arrestation de la petite C.F pour enquête, il ressort qu'elle ne serait pas à sa première, car dans la même ville de Korhogo, son coup avait porté ses fruits plutôt, dans une autre agence. Pour un montant de 85000, dont elle a empoché 5000 comme pourboire après avoir effectué un dépôt sur le numéro du malfaiteur au téléphone, elle était activement recherchée jusqu'à sa tentative infructueuse, du quartier Koko.

Cette affaire suit son cours, devant les autorités compétentes.

Encore une fois, les anarqueurs , n'auront eu aucune morale à dépouiller les innocents, les personnes honnêtes de leur bien. Et, les réseaux sociaux deviennent clairement ,un support éfficace.

C'est le moment d'être vigilant !

Content created and supplied by: Kadhondelatte (via Opera News )

korhogo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires