Sign in
Download Opera News App

 

 

Renouvellement du parc automobile : Les acteurs déplorent un gros échec

Le renouvellement du parc automobile promis aux transporteurs ne connaît pas le résultat escompté. Les transporteurs l’ont fait savoir au ministère des Transports.

 

 

C’est un fait reconnu par toute la quasi majorité des acteurs. La première phase du projet de renouvellement du parc automobile est un échec.

En effet, du 14 au 16 avril dernier, à Yamoussoukro, les transporteurs, le ministère des Transports et les opérateurs se sont retrouvés pour faire un diagnostic sans complaisance du projet initié par l’Etat, loin des caméras.

Selon des participants, les transporteurs ont exprimé leur mécontentement. D’abord au niveau des coûts des véhicules. « Les véhicules de 41 places coûtent 40 millions F CFA dans le cadre du projet. Ceux de 26 places s’achètent à 33 millions F. C’est trop », ont déploré les transporteurs. En outre, ont-ils fait savoir, le coût des pièces de rechange sont également élevés. « Les pièces de rechange des véhicules sont rares sur le marché. Ce qui fait qu’elles coûtent excessivement cher », ont relevé les acteurs.

L’autre problème est la qualité des véhicules, notamment dans le domaine du taxi compteur. « Les véhicules de type Logan ne sont pas du tout adaptés. Conséquence, tous les transporteurs qui se sont engagés à prendre ces voitures ont des dettes. Les véhicules sont en panne et ne roulent plus. Les taxis Ivoires n’ont plus ne sont pas meilleurs. C'est dire qu'au niveau des taxis compteurs, le projet est aussi un gros échec », ont souligné plusieurs opérateurs de ce domaine d’activité.

Enfin, les transporteurs qui n’ont pas eu la langue de bois n’ont pas manqué de dénoncer l’introduction de d’autres entreprises dans le processus de renouvellement. Ce qui, ont-ils dit, accroît les frais des souscripteurs. « Le ministère des Transports et les structures en charge du projet ont introduit des structures telle Unacoopec, Telem, Gtia. Du coup, nous déboursons des frais supplémentaires. Il faut faciliter la tâche aux transporteurs », ont interpelé certains transporteurs.

L’état des lieux du parc automobile de Côte d’Ivoire, notamment dans le secteur du transport n’est pas reluisant : véhicules en épaves en circulation, occasionnant bien souvent de nombreux accidents et des pertes en vies humaines, un secteur fortement impacté par les crises connues par la Côte d’Ivoire, etc. C’est pour répondre à ces préoccupations que le gouvernement ivoirien s’est engagé depuis quelques années, dans un programme de renouvellement de son parc auto, depuis 2017, pour un montant global de 750 milliards de F. Plus de 50 000 véhicules sont prévus dans le cadre de ce programme.

Mais à l’évidence, le programme piétine.

AKE

Content created and supplied by: Eddy3 (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires