Sign in
Download Opera News App

 

 

Assassinat du vigile de la préfecture de Divo / C’est son propre fils qui l’a tué

Ce jeune homme a Orchestré l'assassinat de son père


Les recherches menées par les forces de polices pour appréhender les assassins de Doumbia Seydou, vigile à la préfecture de Divo, ont été fructueuses. Il avait été retrouvé sur son lieu de travail, dans la nuit du 30 au 1er juillet 2022, avec le crâne écrasé. Ce qui avait fait courir la rumeur selon laquelle il avait été égorgé. On sait désormais comment et qui a tué le pauvre homme. Son propre fils ! Le sujet fait débat dans tous les milieux de la ville. « C’est très grave. On ne peut pas supporter des choses comme ça », se désole Dadié J. La population divolaise qui dissimulait difficilement sa hâte de connaître les assassins, peut enfin souffler. Le  couvre-feu qui n’arrangeait pas les affaires des opérateurs économiques de la nuit est enfin levé.

C’est un communiqué de la Direction générale de a police nationale, qui annonce, sans le nommer, que le fils de la victime, âgé de 27 ans, a été interpellé. « Ce dernier a avoué que quelque temps avant le meurtre, il a ors d’un entretien avec son père, que ce dernier avait une somme d’argent non négligeable dans son compte mobile money. Le fils ayant, selon lui, des soucis financiers, a entrepris d’en parler avec deux de ses deux amis. Le 30 juin 2022, après avoir fini de dîner avec son père, DM dit être allé voir ses deux amis SS et SM au rond-point de Divo, à 18h. Ensemble, ils mettent sur pied un plan pour prendre possession du téléphone portable de son père », peut-on lire dans le communiqué de la police.  

Hélas, le plan des trois lascars ne se déroule pas bien. S’étant rendus vers 23h sur le lieu de travail de leur victime, ils se saisissent de lui et le traînent dans la cour de la préfecture. Ils ont son téléphone et exigent désormais le code qui pourra leur permettre d’avoir accès à l’argent de leur victime. Mais l’homme résiste. Fou de colère, un des bandits saisit une grosse pierre et lui brise le crâne. Le fils indigne sort alors de sa cachette et demande que son père soit enterré sur place, dans la cour. Cela sera fait, mais de manière très sommaire. Le corps n’est pas complètement enfoui dans la terre.

La course-poursuite avec les tirs qui ont suivi, indique bien que les malfrats s’étaient équipés d’armes à feu. « Divo est une ville très criminogène. Elle est un grand carrefour et s’agrandit très vite avec une population qui arrive de partout. Tous nos rapports en font état mais nous ne sommes pas entendus », a déclaré un officier de police qui a du mal à contenir sa peine. Selon lui, il existe encore de nombreuses zones d’ombre que l’enquête doit éclaircir.

Paul D. Tayoro

Content created and supplied by: Paul-D-Tayoro (via Opera News )

divo doumbia seydou

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires