Sign in
Download Opera News App

 

 

Axe Abidjan Gagnoa/le nouveau calvaire des voyageurs

Jdi2005210830

Partir d'Abidjan la capitale économique ivoirienne pour la ville de Gagnoa dans le centre-Ouest du pays est devenu depuis peu un véritable calvaire pour les voyageurs mais aussi pour les propriétaires de véhicules particuliers ou de transport. La raison, un nombre impressionnant de dos d'âne érigé principalement sur le tronçon qui part de N'douci jusqu'à la cité du fromager par l'entreprise en charge de la réhabilitation de la voie. Lors d'un récent déplacement dans cette ville à bord d'un car d'une compagnie de transport interurbain, nous avons dénombré de N'douci à Gagnoa au bas mot plus de 110 dos d'âne qui dans certaines localités traversées, sont à peine distants les uns les autres de 10 mètres. Résultat de cet excès, le voyage se déroulent à pas de tortue et fait perdre un temps considérable aux passagers dont certains envisagent faire un aller retour. Il faut désormais 5 heures et plus en car là où l'on mettait 4 heures. Au-delà de la durée du trajet, les voyageurs, surtout ceux qui sont à l'arrière du car endurent une véritable souffrance physique avec les chocs au niveau des hanches et du bassin chaque fois que le véhicule doit passer sur l'un de ces ralentisseurs. Avec la pléthore de sauts et d'atterrissages sur le postérieur, il n'est pas rare que la plupart des voyageurs arrivent à destination avec le corps totalement courbaturé.

Les véhicules non plus, n'échappent pas au massacre car à maintes endroit certains de ces dos d'âne appelés aussi gendarmes couchés sont élevés au dessus des 10 centimètres réglementaires et s'avèrent dangereux pour les bas de caisse qui s'y cognent plus facilement, obligeant les propriétaires à visiter un mécanicien après chaque voyage.

Il est vrai que tout ce dispositif de sécurité routière a pour objet de limiter au maximum le nombre d'accidents mortels sur ce tronçon. Et celà est à saluer. Mais comme le dit l'adage, tout excès nuit. Plus d'une centaine de dos d'âne dont un certain nombre se retrouve "en brousse" comme on le dit en Côte d'Ivoire, c'est à dire hors des zones d'habitation et des endroits où rouler à plus de 30 km/h n'est pas nécessairement dangereux. En somme, nous ne dénonçons pas l'érection de ces ralentisseurs sur ce trajet mais plutôt le nombre exagéré, la hauteur de certains d'entre eux et l'absence de signalisation à certains endroits, toutes choses qui finalement font autant de mal aux usagers.

SRANKPAWA BOUAKE Jdi2005210830

Photos: Internet

Abonne toi "+ Suivre", Partage, Commente et mets un like

Content created and supplied by: SRANKPA (via Opera News )

abidjan gagnoa

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires