Sign in
Download Opera News App

 

 

Accusé de viol, KKB réagit : « Je n’ai rien à me reprocher »

Le ministre ivoirien de la Réconciliation nationale, Bertin Konan Kouadio a réagi aux accusations de viols d’une camerounaise. Pour cet ancien candidat à la présidentielle, sa conscience ne lui « reproche rien

 


Évoquée dans la presse depuis plusieurs jours,dans un audio largement partagé sur la toile, Sophie Dencia, dont il s’agit, affirme avoir été violée par Kouadio Konan Bertin dit KKB, au cours d’un déplacement nocturne en avril 2021 à Divo. Se sentant sale et souillée après ce viol ignoble, elle garde longtemps le silence. Mais devant le traumatisme causé par ce rapport sexuel non consenti, elle part se faire soigner en Tunisie, révèle-t-elle dans l’enregistrement audio.


Face à cette accusation le ministre ivoirien de la réconciliation nationale Bertin Kouadio Konan présumé dans l'affaire de viol réagit. Le mardi 28 septembre 2021, il assure sur les antennes de la Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI) qu’il n’a rien à se reprocher.


«Merci de me donner l’occasion d’évoquer cette question parce que par respect pour les Ivoiriens on ne peut pas venir à la télévision nationale là où ils payent leur redevance, nous séparer et faire comme si cette affaire n’a pas existé… Je vais rassurer les Ivoiriens pour leur dire que je n’ai rien à me reprocher sauf que c’est un dossier pénal qui est aujourd’hui entre les mains de la justice. Et il appartient à mes avocats de l’évoquer les prochains jours. Ils vont donner quelques éléments qui vont les rassurer davantage», déclaré le membre du gouvernement


Nous apprenons néanmoins l'existence d'une plainte du Ministre de la réconciliation déposée contre Sophie Dencia. Cette dernière est accusée de chantage financier à la diffusion de photo, diffamation et accusation mensongère de viol. Un cliché de KKB pris à son insu dans une chambre, lors du séjour à Divo par "l'artiste-collaboratrice" au centre de l'affaire. Alors que l'accusée présumée a été entendue par les services de police dans le cadre d'une enquête, on parle d'un montant de 250 millions de Fcfa contre une non-divulgation.


source : https://fb.watch/8k5x9vFH34/


Aimée flora

Content created and supplied by: Aiméeflora (via Opera News )

KKB

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires