Sign in
Download Opera News App

 

 

Son véhicule tombe en panne à Yop-complexe : ceux qui viennent l'aider à le pousser sont des voleurs


Les usagers de la route devraient se montrer prudents désormais en abordant la voie de Yopougon complexe. Si ce ne sont pas des automobilistes qui sont agressés quand ils ont le malheur d'être en panne dans cette zone, ce sont carrément des piétons qui sont pris à partie par des petits voyous.


Bohui, citoyen ivoirien d'une quarantaine d'années, en a payé les frais lorsqu'il a eu le malheur de tomber en panne la nuit du 8 Avril 2021, sur la voie du Complexe. Le quadragénaire a naturellement appelé à l'aide, et des jeunes gens, se rendant disponibles, se sont mis à son service en l'aidant à pousser sa voiture. Puis tout d'un coup, le coup de main sollicité s'est transformé en agression. Les jeunes garçons s'en sont pris à l'automobiliste en passant ses poches et l'intérieur de sa voiture au scanner, lui volant la somme de 40.000 francs qu'il avait sur lui. Et comme un cargot de la Police CCDO passait par là par hasard, les voyous, prenant peur, se sont dispersés, prenant la fuite. Mais l'un d'entre eux a été attrapé par la victime, laquelle s'est accrochée à lui jusqu'à l'arrivée de la camionnette de la Police à leur niveau.


Le garçon qui a été pris dans les mailles de sa victime a manqué de chance. Il s'appelle Daouda, ivoirien, 19 ans, domicilié à Yopougon Wassakara et de profession tapissier. Emmené par le CCDO au commissariat, il a été placé sous mandat de dépôt le 9 Avril 2021. Le 26 Avril il est passé au tribunal où il a nié avoir agressé Bohui. Mais l'explication du plaignant était si limpide que le jury s'est conformé à la requête du procureur en condamnant Daouda à 5 ans de prison pour vol de nuit en réunion.


Constitué partie civile, Bohui a demandé un dédommagement de 500.000 francs, disant avoir perdu des pièces dans sa voiture en plus des 40.000 francs qui lui ont été ravis. Le tribunal a condamné le prévenu à lui verser plutôt 300.000 francs.


Daouda a quitté le parquet, des larmes aux yeux, le regard dirigé vers le public... Il n'en revenait pas de s'en aller pour cinq longues années au cachot, loin du beau soleil de son Wassakara.


Louis-César BANCÉ

[email protected]



Content created and supplied by: LouisCésarBANCE (via Opera News )

yopougon complexe

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires