Sign in
Download Opera News App

 

 

Bangolo: Recrudescence d'accidents mortels à moto / La gendarmerie multiplie les patrouilles.


Le 20 juillet dernier, jour de la Tabaski, une collision entre deux motos transportant chacune deux passagers à fait deux morts. C'était à Guinglo-Zagna, non loin de la ville de Bangolo. Quelques jours après, un opérateur économique a été tué par un automobiliste, non loin de la ville de Duekoué. Le mercredi 18 août 2021, un autre accident se produisait à hauteur de l'école primaire publique du village de Guinglo-Zagna, sur la voie menant à Duekoué. A cela il faut ajouter d'autres activités dont les victimes sont marqués à vie. Le point commun des personnes décédés est qu'aucun parmi eux ne portaient de casques. Cette situation n'est pas du goût de la gendarmerie qui a décidé de traquer tous les motocyclistes sans casques. Depuis le dimanche 22 août, des équipes mobiles sont à chaque coin de rue pour contrôler le port effectif de ce matériel salvateur. Les contrevenants voient confisquer leurs motos et doivent se rendre dans la ville de Duekoué pour payer la somme de deux mille francs au trésor. Leurs motos leur sont rétrocédées après présentation d'une quittance. Pour réussir cette mission qui vise à préserver des vie, une équipe des gendarmes de la compagnie de gendarmerie de Man sejourne depuis deux jours dans cette localité. En tout cas face à la pression, elles sont nombreuses les populations qui se ruent sur les magasins de ventes de casques pour motos. Face à la forte demande, le prix de ce objet s'est envolé. Anciennement vendu à 8000 FCFA, le casque se négocie aujourd'hui entre 12000 FCFA et 10.000 FCFA. Certaines qualités coûtent jusqu'à 20.000 FCFA. Une augmentation jugée excessive. Pris entre la pression des gendarmes et le prix inaccessibles des casques, certains propriétaires de motos préfèrent garer leurs enfants ou emprunter les casques de leurs proches. Ceux qui tentaient de passer par les mailles des filets des forces de sécurité ont fini par être pris au détour d'un chemin par surprise. Les hommes de l'adjudant-chef, Traoré Oumar veillent nuit et jour sur les rues pour atteindre leur objectif : Zéro décès lors des accidents de motos. Cet engin est devenu le principal moyen des populations du grand ouest depuis la crise de 2002, mettant à rude contribution les conducteurs des engins à quatre roues. Les motos sont beaucoup sollicitées pour leurs rapidité et leur accès facile aux zones d'accès difficiles pour les véhicules.

Kanou Francklin.

Content created and supplied by: Kanoufrancklin (via Opera News )

bangolo tabaski

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires