Sign in
Download Opera News App

 

 

Et si on déployait la même énergie pour retrouver les auteurs des attaques de Kafolo ?

Les victimes des différentes attaques de Kafolo et de Kolobougou dans le nord de la Côte d'Ivoire ont dû se retourner plusieurs fois dans leurs bières ces derniers jours en se rendant à l'évidence, le deux poids, deux mesures que l'on observe depuis quelques jours dans l'attitude sélective des autorités ivoiriennes quant à la recherche des auteurs des différentes attaques dont le pays a été victime jusqu'à la plus récente : c'est à dire, celle du Bataillon projectable de N'dotré.

Alors que les Ivoiriens attendent toujours que l'on fasse enfin la lumière sur la première attaque de Kafolo en juin 2020 et qui a coûté la vie de 14 soldats dans les rangs des Forces armées de Côte d'Ivoire, on comprend difficilement aujourd'hui l'immense débauche d'énergie que l'on déploie depuis quelques jours autour de l'attaque de N'dotré. Qui a tué nos valeureux soldats à Kafolo dans la nuit du 10 au 11 juin 2020 ? Pourquoi cette attaque d'une rare violence n'a-t-elle pas encore été revendiquée par les groupes djihadistes auxquels l'on attribue cesdites attaques ?

Qu'en est-il de la double attaque des positions de l'armée ivoirienne à Kafolo (encore) et Kolobougou dans la nuit du dimanche 28 au 29 mars 2021 et qui a encore coûté la vie de trois militaires et un gendarme ? Les Ivoiriens veulent savoir qui sont les auteurs et commanditaires des attaques meurtrières qui endeuillent régulièrement le pays. Surtout que ces attaques ne sont pas revendiquées comme cela est de tradition dans les groupes djihadistes.

Au lieu de s'atteler à faire des éclairages sur l'ensemble des attaques auxquelles fait face la Côte d'Ivoire ces dernières années afin de rassurer les populations, on fait plutôt des gorges chaudes et organise des plateaux télés pour une attaque pour laquelle (heureusement) on ne déplore aucune perte en vies humaines côté ami. Et si on déployait la même énergie pour retrouver les auteurs des attaques de Kafolo et Kolobougou ? Les meurtriers du jeune Toussaint décapité à Daoukro ne sont-ils toujours pas en cavale plus d'un an après la commission de ce crime odieux dont les images ont fait le tour du monde ?

P. L

Content created and supplied by: Pierre_Lemauvais (via Opera News )

côte d'ivoire kafolo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires