Sign in
Download Opera News App

 

 

Droit : cette autre raison qui pourrait expliquer le refus de Compaoré de répondre à la justice

Le procès pour l'assassinat de Thomas Sankara est en cours en ce moment au Burkina Faso le pays des hommes intègres. Selon les différents organes de presse, sur les quatorze suspects convoqués à la barre, seuls douze sont présents. Au nombre des deux absents figure l'ex-président Blaise Compaoré exilé en Côte d'Ivoire depuis qu'il a été évincé. Selon son avocat dans Jeune Afrique, il refuse de répondre à cette cour car il s’agit d’un « procès politique ».

Qu'à cela ne tienne !

Selon un document paru sur rfi.fr le 06-01-2016, l'ancien président du Burkina Faso, est sous le coup d’un mandat d’arrêt international pour son implication présumée dans la mort de Thomas Sankara. Il était poursuivi pour « attentat contre la sûreté de l’Etat, de complicité d’assassinat et de complicité de recel de cadavre ».

Pour certains, comme le commissaire du gouvernement burkinabè, les autorités ivoiriennes pourraient trouver une raison de refuser cette demande d’extradition dans le droit burkinabè. En effet, la peine de mort est toujours en vigueur au Burkina Faso et Blaise Compaoré, inculpé de complicité d’assassinat pourrait encourir cette peine.

Cette raison évoquée par l'homme de droit burkinabè pourrait aussi expliquer le refus de l'ex-président Compaoré de rejoindre le Burkina pour répondre devant la cour des accusations portées contre lui.

Pour rappel, selon la Convention d’extradition signée par les deux Etats en 1994, l’application de la peine de mort est une raison valable qu’un Etat peut avancer pour refuser une demande d’extradition.

Content created and supplied by: yakouser (via Opera News )

burkina faso thomas sankara

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires