Sign in
Download Opera News App

 

 

Rachel Gogoua : "Il Faudrait un jour qu'on prenne un violeur pour faire sa fête en public''

Rachel Gogoua est l'une des premières femmes militantes des droits de la femme en Côte d'Ivoire. Elle ne pouvait pas donc rester en marge des condamnations des nombreux viols commis dans son pays. Très remontée, elle souhaite des sanctions exemplaires contre les violeurs.

Le décès de l'influenceuse Sarah Gandon connue sous le nom de ''Champagne d'Afrique'', après avoir été violentée et violée, a créé l'émoi dans toute la société ivoirienne. Ce fut la goûte d'eau qui a débordé le vase, car les viols sont devenus monnaie courante depuis quelques années déjà. Femmes, jeune fille et mineures, personne n'est épargnée. C'est à juste titre que tout le monde s'est levé comme un seul homme, pour demander aux autorités compétentes d'agir, afin d'éviter ce genre de situation à d'autres probables victimes.

Sur le plateau de l'émission ''La télé d'ici'' sur NCI, la doyenne Rachel Gogoua n'a pas mâché ses mots. Selon elle, le viol est devenu très récurent dans ces dernières années en Côte d'Ivoire. Et la plupart du temps, les victimes n'osent pas porter plainte à cause des pesanteurs traditionnelles et sociales. Les parents se voient obliger de dissimuler les cas, pour éviter la ''honte'' que cela aura sur la famille et aussi sur leurs filles, victimes de viol quoique très souvent, les coupables sont des proches. Certaines filles violées refusent de témoigner. Ce qui n'est pas fait pour aider la justice.

Il faut donc sortir de ces considérations, selon Rachel Gogoua. Chaque partie doit s'impliquer dans cette lutte contre les violences faites aux femmes et aux enfants. S'adressant à l'État, elle avoue qu'elle est de l'école de l'ancien président ghanéen, Jerry John Rawlings. Elle affirme que lorsque ce dernier avait pris le pouvoir, il avait envoyé un signal fort au peuple ghanéen à travers des sanctions exemplaires à l'encontre des voleurs et autres délinquants. Aujourd'hui, le ghanéens sont très disciplinés, selon elle.

Aussi, Rachelle Gogoua aurait-elle voulu que pareille action soit menée à l'encontre des violeurs. << Il faudrait un jour qu'on prenne un violeur pour faire sa fête en public >>, a-t-elle clamé haut et fort sur le plateau. Selon elle, l'État doit sortir de son laxisme et prendre des mesures fortes pour décourager les autres futurs violeurs. Que pensez-vous de la résolution de Rachelle Gogoua ? Pourra-t-elle mettre fin à la série de viol en Côte d'Ivoire ?

Content created and supplied by: DarymKard (via Opera News )

Côte d'Ivoire Rachel Gogoua

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires