Sign in
Download Opera News App

 

 

L’avocate d’Amadé Ouérémi formelle : « Il y a bel et bien eu génocide à Duékoué »

Lors de la crise postélectorale de 2010, un massacre de population a eu lieu à Duékoué dans l’Ouest de la Côte d’Ivoire. Selon les différentes estimations, le nombre de morts et de disparus s’élèvent à 1000 en moyenne.

Si jusque-là des voix s’élèvent ici et là, invariablement, pour évoquer un génocide des wê (la population autochtone), de façon officielle l’on se garde d’évoquer ce terme de génocide. Cependant, hier mercredi 14 avril 2021, à l’occasion du procès du principal mis en cause, Amadé Ouérémi, son avocate Me Rosine Aka s’est voulue formelle sur le sujet. Pour elle, il y a incontestablement eu génocide à Duékoué.

«Dieu fait grâce, ceux-là (les auteurs et commanditaires du massacre de Duékoué, Ndlr) n’échapperont pas, partout où il y a une justice. Il y a bel et bien eu génocide à Duékoué. J’en suis désolée. Toutes les victimes qui ont défilé ici en ont marre, elles pleurent. Toutes ces victimes ont besoin de justice », a-t-elle martelé.

Selon Wikipedia, un génocide, dans son acception la plus répandue aujourd'hui dans la communauté académique, est un crime consistant en l'élimination concrète intentionnelle, totale ou partielle, d'un groupe national, ethnique ou encore religieux, en tant que tel, ce qui veut dire que des membres du groupe sont tués, brisés mentalement et physiquement, ou rendus incapables de procréer, en vue de rendre difficile ou impossible la vie du groupe ainsi réduit. Le génocide peut être perpétré par divers moyens, le plus répandu et le plus évident étant le meurtre collectif.

Même son de cloche pour le dictionnaire Larousse qui indique que le génocide est un Crime contre l'humanité tendant à la destruction totale ou partielle d'un groupe national, ethnique, racial ou religieux ; sont qualifiés de génocide les atteintes volontaires à la vie, à l'intégrité physique ou psychique, la soumission à des conditions d'existence mettant en péril la vie du groupe, les entraves aux naissances et les transferts forcés d'enfants qui visent à un tel but.

Ces définitions quasi semblables sont-elles applicables aux événements de Duékoué ? A chacun d’en juger. 

Content created and supplied by: Pierre_Ephèse (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires