Sign in
Download Opera News App

 

 

Emprisonnée depuis quelques mois, Pulchérie Gbalet n’a pas été oubliée

Pulchérie Gbalet n’a pas été oubliée. Six mois, jour pour jour, après avoir été arrêtée par le régime en place, la militante de l’opposition croupie toujours à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA). 


On se souvient que cette, accompagnée par plusieurs autres femmes, avait été arrêtée dans la nuit du 15 au 16 août 2020. Et fut accusée pour « trouble à l’ordre public ». C’était à l’occasion des manifestations lancées par les partis de l’opposition, contre un troisième mandat d’Alassane Ouattara. 


Ainsi, ils sont nombreux à réclamer aujourd’hui sa libération. Et surtout que ce mois de mars qui, on le sait, désigne celui des « Femmes », serait l’occasion idéale pour que cette mère de famille retrouve les siens. 


Une organisation des Femmes de l’opposition de la diaspora a, lors d’une déclaration publiée par afriksoir, avait déjà demandé au gouvernement d’Alassane Ouattara, la libération de Pulchérie Gbalet. Ladite déclaration a été suivie quelques temps après par dame Désirée Deneo.


En effet, dans une de ses publications, sur son compte Twitter, ce mardi 16 mars, elle rappelle au pouvoir d’Abidjan, les droits de la victime. Mieux, pour Mme Désirée, l’arrestation de la présidente d’Alternative citoyenne ivoirienne (ACI), une organisation de la société civile, ne faisait qu’exprimer son droit de manifester.

« Pulchérie Gbalet manifestait contre le 3eme mandat. Elle exprimait son droit celui de manifester. Depuis août 2020 Pulchérie est détenue à la MACA. Il faut libérer Pulchérie Gbalet. Ne l'oublions pas », a réclamé celle qui se définit comme une « féministe engagée ». 


Faut-il le rappeler, le régime du président Alassane Ouattara, avant cette inculpation, « suspendu les manifestations publiques sur l’ensemble du territoire jusqu’au 15 septembre ». Tous ceux qui ont désobéi à cette règle avaient été arrêtés. 


Toutefois, six mois après son arrestation, les proches de la militante de l’opposition souhaiteraient la voir libre. Et surtout dans cette période où les droits de la Femme sont mis en avant. Espérons donc que le numéro un ivoirien saura se montrer magnanime et rendre la liberté à Pulchérie et ses camarades. 

Content created and supplied by: ToutestenNous (via Opera News )

Pulchérie Gbalet

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires