Sign in
Download Opera News App

 

 

Balayage dans la commune de Yopougon / Des images "inacceptables" , des riverains en colère, le pire évité

(Cet engin de balayage des voies, projette sable et poussière au grand dam des passants, des petits commerçants étalés le long des voies, de ceux qui exercent les petits métiers et des riverains)

Dans sa politique de lutte contre l’insalubrité, le gouvernement ivoirien, a concédé le système de gestion des déchets, à deux opérateurs qui, à en croire les autorités, ont fait la démonstration de la capacité de leurs moyens matériels et technologiques.

Ces opérateurs ne sont pas seulement chargés de la collecte. Ils sont désormais, non seulement engagés dans une politique de propreté incluant la collecte, mais aussi dans la pré collecte, le balayage, le curage des caniveaux, etc.

Et c’est une de leur mission notamment le balayage des voies qui a failli être "dramatique", pour le chauffeur d’un engin de balayage des voies. Cet engin équipé d’un système, balaie le sable et la poussière entassés sur le bitume, qu’il projette en bordure des voies, lesquels envahissent tout l’espace, en horizontal comme en vertical.

Imaginez donc le spectacle incommodant et inacceptable pour les passants, les petits commerçants étalés tout le long des voies, les petits artisans, ceux qui exercent les petits métiers à la recherche de la pitance.

C’est ce qui nous a été donné d’observer ce jeudi 7 octobre 2021, dans la commune de Yopougon, au quartier ‘’Andokoi’’, sur la voie menant au carrefour ‘’Mangou’’, en venant du rond-point du ‘’Sable’’.

Cette situation a suscité la colère des riverains au niveau du collège ‘’Jeanne De Caavally’’ et du centre « Ivoire Couture mixte », qui voulaient en découdre avec le conducteur de l’engin, perché dans sa cabine vitrée.

Heureusement que des personnes plus compréhensibles sont intervenues pour ramener le calme. Dès que l’atmosphère s’est apaisée, le pilote et son engin ont rapidement disparu des lieux.

Une dame qui a son étal devant le collège, s’exprimant en malinké et dans un français approximatif disait en substance « Ce travail-là, ils peuvent le faire dans la nuit », s’est-elle insurgée. Une intervention qui semblait avoir l’adhésion de tous.

Y.K

 

Content created and supplied by: Y.KOBO (via Opera News )

yopougon

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires