Sign in
Download Opera News App

 

 

La pauvreté de l'Africain ne serait-elle pas une évidence que l’Afrique est un continent maudit?

Depuis l'histoire du fils que Noé a maudit selon le livre de Genèse dans la Bible, l'on a tendance à dire et à croire, à tors ou à raison, que les africains, descendants probable du fils maudit de Noé, sont aussi sous la malédiction.

Non ! Je vais vous donner les causes de la pauvreté dans le tiers monde, puisque l’Afrique fait partie de cette entité. Elles peuvent être groupées en deux grandes catégories, à savoir les causes naturelles et les causes humaines.

Les causes naturelles

Par les causes naturelles nous entendons les phénomènes tels que le désert, les feux de brousse, les éruptions volcaniques, les séismes, les invasions des insectes (criquets), les crues, les cyclones, etc. Ces phénomènes sont imprévisibles, car ils ne dépendent pas de l’homme, étant eux-mêmes au-delà de son contrôle. Exemple : le désastre du Tsunami en Asie.

Les causes humaines

Il s’agit ici de l’irresponsabilité, de l’aveuglement et de l’ignorance, du manque de patriotisme, du manque de volonté de sortir de cet état.

A la question : pourquoi l’Afrique et le tiers-monde sont-ils reconnus pauvres ? un intellectuel Africain r&pond c’est parce que les pauvres du tiers-monde le veulent ainsi. Ils souffrent d’une maladie qui les renferme dans une logique de la pauvreté et de la misère. Au fond il s’agit là d’une mentalité qui rend le pauvre du tiers-monde irresponsable vis-à-vis du Créateur.

A cela s’ajoute ce que John Scott, anthropologue doublé d’un théologien appelle paresse quand uil indique que la paresse est aussi une source de pauvreté. Notre continent ne traîne-t-il pas une réputation d’Afrique des chants et des danses ? Ce théologien a bien raison, car c’est ce que disent les Ecritures. Prov.6 :6-11 ; 24 :30-34.

Certaines autres causes sont dues à l’oppression de l’hommes, cet homme qui est un loup pour l’homme : homo homini lupus.

Il s’agit de l’injustice sociale, de la guerre, de la discrimination, de la violence : tout cela constitue un défi pour l’église aujourd’hui.

L’Afrique regorge d’énormes potentialités pour son développement.

Un simple regard sur sa richesse en faune et en flore peu illustrer cette vérité. Ce continent possède les atouts nécessaires pour se hisser au rang des plus riches du monde, hélas !

Est-il possible que l’Afrique ce jardin d’Eden soit pauvre ?

Est-il possible que nos enfants aillent leurs chemins le ventre creux et l’esprit tourmenté ? Trouve-t-on ailleurs un climat si propice à la vie et aux activités économiques ? Trouve-t-on ailleurs dans le monde un sous-sol aussi riche, l’Afrique est-elle encore à la queue du monde entier ?

Ainsi qu’on peut le constater, les habitants des pays du tiers-monde bien que dotés de grandes richesses naturelles, souffrent de bien des maux, certains liés à eux-mêmes, d’autres, conséquences de la convoitise des pays nantis.

Comment sortir de la pauvreté ?

Il est facile de déclarer que la pauvreté peut être éradiquée par un afflux d’aide étrangère en direction des pays du tiers-monde. L’aide en soi est bonne, dans la mesure où elle constitue un signe de sympathie et d’encouragement en faveur des nécessiteux. Pourtant, il apparaît que l’aide ne peut pas être une solution durable vis-à-vis du problème de la pauvreté dans le tiers-monde.

A mon humble avis, pour sorti de la pauvreté, il faudrait un changement radical de mentalité et d’attitude de la part de l’homme du tiers-monde et de l’Afrique en particulier. Il faut lui apprendre comment voler de ses propres ailes.

Un adage ne dit-il pas : Si tu me donnes un poisson, je le mangerai un jour ; mais si tu m’apprends à pêcher , je n’aurai plus faim.

Comprendre la vision du monde de l’Africain s’avère impératif pour contextualiser l’Evangile. Je garantis que le moyen pour remédier au problème de la misère chez l’Africain est que ce dernier s’intègre dans son être, dans son âme, la triple réalité du retour vers Dieu, du retour vers lui-même, et du retour ver le monde dans lequel Dieu l’a placé comme gérant.

Ainsi donc, j’estime que l’éducation est la clé du problème pour remédier à la pauvreté dans le tiers-monde, dont l’Afrique.

Cela n’exclut loin s’en faut, l’aide étrangère : le tiers-monde en a besoin dans la mesure où ces aides doivent conduire vers l’indépendance et l’autonomie, vers un changement de mentalité et le refus de la misère.

Docteur Jean Alao


 

Content created and supplied by: Felypé (via Opera News )

Afrique Noé

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires